Et pendant ce temps...

Economie,  Comores

Internet très Haut débit: un câble sous-marin entre Mayotte et la Grande Comore

Par Catherine Le Brech@GeopolisAfrique | Publié le 13/07/2017 à 15H03, mis à jour le 13/07/2017 à 15H06

Câble fibre optique sous-marin sur rivage Mombasa au Kenya en 2009
Câble de fibre optique sous-marin sur le rivage de la ville portuaire de Mombasa, au Kenya, le 12 juin 2009. © PHOTO STRINGER / AFP

Un câble sous-marin de 4 terrabits par seconde va permettre l’interconnexion entre deux réseaux de l’océan Indien en 2018. Il ira de Mayotte à la Grande Comore. Et Orange en assurera la construction et la maintenance. But: une meilleure connectivité entre l’archipel comorien et le reste du monde ainsi qu’une sécurisation des communications et de l’accès à Internet.


Comores Câbles, Orange et de la Société réunionnaise de radiotéléphone, qui fait partie du groupe Altice (SFR), ont signé un accord, annoncé le 12 juillet 2017, qui prévoit une mise en service en 2018 de ce nouveau câble baptisé FLY-LION3 (pour Lower Indian Ocean Network). Lequel courra sur 400 kilomètres sous la mer.
 
Sa technologie devrait permettre «d'accompagner la croissance du très haut débit internet sur les deux territoires (Mayotte et la Grande Comore, NDLR) pour de nombreuses années», indique le site degroupNews.
 

CARTE COMORES

CARTE COMORES © AFP/LF


Aux Comores, la part des internautes dans la population (800.000 habitants) se situe aux alentours de 5,50%, selon les chiffres du Journal du Net (1998-2011). Mais la demande est en hausse, malgré un revenu estimé à 840 dollars par an et par habitant (source 2012 de la Banque mondiale), comme le montre le site.
 
Il ira dans un premier temps de Moroni à Mamoudzou
FLY-LION3 reliera dans un premier temps Moroni à Mamoudzou, mais pourra dans un second être étendu à Madagascar. Ce câble sera une extension des portions LION et LION2, déployées en 2009 et 2012. Celles-ci relient Maurice, La Réunion, Madagascar, Mayotte et le Kenya.
 
Par ailleurs, FLY-LION3 sera connecté au câble EASSy (pour Eastern Africa Submarine Cable System), mis en service en 2010, qui longe la côte Est du continent, de l’Afrique du Sud au Soudan, et qui possède un point d'ancrage sur la Grande Comore.

Réseaux sous-marins fibres optiques pour l'internet en Afrique 2016

Réseaux sous-marins de fibres optiques pour l'internet en Afrique (2016)  © Network Startup Resource Center


«D’ici à 2020, (…) un quart de la population africaine sera couverte par une connexion mobile haut débit», annonçait Géopolis Afrique en juin 2017. Malgré ce, certaines régions du continent sont encore loin du compte en matière d’accès à Internet.
 
Pour les Comores, qui arrivent loin derrière un autre archipel, celui des Seychelles, en termes de taux de pénétration en Afrique – 0,02% contre 57%, ce qui le classe au 36e rang des 54 pays que compte le continent – ce câble, on l’imagine, est une bonne nouvelle.