Eclairage

Monde

Islam, islamique, islamisme, islamistes : le poids de ces mots-là

Par Frédérique Harrus@GeopolisAfrique | Publié le 14/01/2015 à 17H25, mis à jour le 14/01/2015 à 17H39

Zéliges marocains
Azulèges (carrelage en céramique d'origine arabe) de Marrakech © FRUMM John / hemis.fr

Le choix des mots est souvent important, mais ne négligeons pas qu'il existe aussi des phénomènes de mode. Ce qui se disait à une époque, peut devenir péjoratif à d'autres ou tomber en désuétude. Petit tour étymologique, linguistique et sémantique des différents termes.

Après l'attentat contre Charlie Hebdo, puis l'exécution de policiers dans l'exercice de leur fonction et le meurtre de quatre personnes parce que juives, les comptes-rendus se sont multipliés et toutes sortes de vocables furent utilisés pour situer les meurtriers. 

Un peu d'Histoire
Pendant toute la période du Moyen-Age au gré des commerces et des invasions, les adeptes de la religion musulmane étaient appelés les Maures, les Turcs ou les Sarrasins. 

Jusqu'à la première moitié du 18e siècle, ils furent plus largement nommés les mahométans. Puis, à l'image de l'horizon qui s'ouvrait, les appellations se multiplièrent et furent plus variées.
On vit apparaître les notions d'islam et d'islamisme au même titre que le mahométisme était la religion des fidèles de Mahomet, pratiquée donc par les mahométans ou il fut même question du musulmanisme  et des musulmans.

Le musulmanisme disparut assez vite. Le terme mahométisme, et ses adeptes les mahométans, résista quant à lui jusqu'au début du 20e siècle. L'appellation «mahométan» se mit à avoir une connotation péjorative, suggérant une religion rétrograde. Le terme fut souvent employé par des locuteurs d'extrême-droite, tout comme «islamisme» qui sous-tend fanatisme, violence et radicalisation. Le terme «islam» prévalut alors.

Un peu d'étymologie et de linguistique
«Islam» veut dire «soumission» -à la loi de Dieu (Allah)- et le suffixe «ique», venant du latin «icus», signifie relatif à, propre à. 
On peut donc traduire islamique par: propre à l’islam.

Le suffixe «iste» signifie quant à lui : partisan d’une idéologie ou d’une attitude.
La construction des deux, nous donne islamiste ce qui signifierait simplement «partisan de l'islam». Sauf que maintenant, il a une connotation négative qui rend le mot synonyme de fanatisme et violence.
 
Dans cette dernière décennie, en opposition aux discours vengeurs et aux actes très violents de certaines personnes les revendiquant au nom de l'islam, la notion pour le moins inattendue de «musulman modéré» a vu le jour. Le musulman tout court à disparu et la population musulmane devrait se positionner entre musulman modéré et islamiste. On serait tenté de comprendre, musulman mais pas trop... Le catholique modéré ou le juif modéré n'existent pas encore. 

L'urgence, les tensions, la méconnaissance et la peur font fourcher les langues et employer l'ensemble de ces termes indifférement. Ce méli-mélo peut se révéler extrêmement dangereux à mettre tout le monde sur un même plan.