Clap

Yémen,  Israël,  Moyen-Orient

Israël sort 19 juifs du Yémen et met fin à l'opération «Tapis volant»

Par Frédérique Harrus@GeopolisFTV | Publié le 21/03/2016 à 15H24, mis à jour le 21/03/2016 à 17H22

Jeunes juifs yéménites
Raydah (Yemen) le 20 février 2009. Jeunes juifs étudiant la torah dans une école juive de la ville.


© REUTERS/Khaled Abdullah

Avec une toute dernière rotation, et l'arrivée en Israël des 19 derniers juifs yéménites souhaitant quitter le Yémen, l'opération «Tapis volant» se termine. De 1949 à aujourd'hui, près de 51.000 juifs ont ainsi quitté le Yémen et ont été évacués vers Israël.

Ce sont les 19 derniers juifs yéménites exfiltrés de leur pays en guerre et transférés en Israel. 14 personnes de la ville de Raydah, ville du nord-ouest du pays, et une famille de cinq personnes de la capitale Sanaa. Il en reste une cinquantaine sur place qui refuse de partir, les derniers représentants d'une des plus vieilles communautés juives du monde.

C'est la touche finale à l'opération «Tapis volant», commencée en 1949. Sous l'égide de l'Agence juive, près de 51.000 juifs yéménites ont quitté leur terre natale, essentiellement entre 1949 et 1950. Mais ces dernières années, la tension s'est accrue autour de la toute petite communauté restante. En 2008, un professeur juif a été assassiné à Raydah. Quand en 2012, Zindani, une jeune juive a été enlevée, forcée à se convertir à l'islam et mariée contre sa volonté à un musulman, pour finalement être assassinée, la décision d'extraire les derniers juifs yeménites a alors été prise. 

L’Agence juive a sauvé environ 200 personnes «au cours d’opérations secrètes ces dernières années, dont plusieurs dizaines au cours des mois passés, alors qu’augmentait le nombre des attaques contre la communauté juive et que le pays (le Yémen) sombrait dans la guerre civile », explique le chef de l'organisation, Natan Sharansky, dans un communiqué.

Dans ce groupe se trouvait le rabbin de la communauté de Raydah, qui a emporté avec lui un rouleau de la Torah, vieux de près de 500 ans. Quant à la cinquantaine de personnes qui a préféré rester sur place, elle vivra désormais dans une enceinte close sécurisée, proche de l'ambassade des Etats-Unis, et bénéficiera de la protection des autorités. Il n'y aura donc plus aucune vie communautaire juive au Yémen. L'Agence assure qu'elle fera tout son possible pour aider ces personnes si elles se ravisent et désirent partir finalement en Israël.       

Présidentielle américaine

Recevez notre newsletter consacrée aux élections américaines 2016