Eclairage

Italie,  Europe,  Europes

Italie: le pape François confie les clés des musées du Vatican à une femme

Par Véronique le Jeune@GeopolisFTV | Publié le 04/01/2017 à 18H21, mis à jour le 05/01/2017 à 16H46

Barbara Jatta a pris ses fonctions 2 janvier 2017
Nommée par le pape François, Barbara Jatta était numéro deux des musées du Vatican depuis juin 2016. © Photo News

L'heureuse élue, Barbara Jatta, a pris ses fonctions le 2 janvier 2017, après avoir été nommée par le Saint-Père en personne. François avait récemment promis de donner davantage de responsabilités aux «filles d'Eve», il a tenu parole. Mme Jatta, 54 ans, n'est cependant pas une nouvelle venue au Vatican. Elle y travaille depuis 1996, alors entrée au service de la Bibliothèque apostolique vaticane.


Pour la première fois de leur histoire, les musées du Saint-Siège sont aux mains d'une dirigeante. Du jamais vu en cinq cents ans de pouvoir masculin sans partage. Barbara Jatta est désormais chargée de conserver et de promouvoir les éblouissantes collections de l'une des institutions culturelles les plus remarquables au monde, avec 70.000 oeuvres d'art d'une valeur estimée à 90 milliards d'euros.

Les douze musées du Vatican, cinq galeries longues de plus de sept kilomètres et 1.400 salles, occupent le troisième rang des musées les plus fréquentés derrière le Louvre et le Metropolitan de New York, grâce à six millions de visiteurs par an. Clou de la visite, la célébrissime Chapelle Sixtine et sa voûte peinte par Michel-Ange, considérée comme le chef-d'oeuvre de la Renaissance italienne.

Le plafond Chapelle Sixtine peint par Michel-Ange
Le plafond de la Chapelle Sixtine peint par Michel-Ange fait courir les touristes du monde entier. © DR

Les musées pontificaux représentent la principale source de revenus du Vatican.

Les femmes «sont comme les fraises dans un gâteau»
En prenant ses prestigieuses fonctions, Barbara Jatta, archiviste de formation, se retrouve au plus haut poste réservé à une femme dans l'administration vaticane. Sa nouvelle charge est le fruit de la seule volonté papale qui, dès 2014, appelait de ses voeux une présence féminine accrue dans la hiérarchie du Saint-Siège.

Avant elle, Paloma Garcia Overo, journaliste espagnole, a été bombardée numéro deux du service de presse du Vatican.

Les femmes «sont comme les fraises dans un gâteau, il en faut toujours plus» avait plaisanté l'évêque de Rome devant des théologiens. Dont acte.

La nomination de Barbara Jatta, née à Rome, vient en tout cas couronner une carrière exemplaire. Mère de trois enfants, elle est diplômée en histoire du design, de la gravure et du graphisme, ainsi que de l'École vaticane de paléographie.

En préambule de ses nouvelles compétences au sommet, Mme Jatta avait été nommée vice-directrice des musées en juin 2016. Aujourd'hui, elle remplace l'ex-ministre de la Culture italien Antonio Paolucci, 77 ans, en charge depuis 2007.

«Le souverain pontife n'a encore jamais visité les musées, je crois qu'il a d'autres priorités, a déclaré la nouvelle directrice, mais tout ce que nous ferons sera dans la droite ligne de ses choix et de ses goûts». «En peinture, j’admire le Caravage. Ses toiles me parlent. Aussi Chagall et sa Crucifixion blanche» se confiait ainsi le Saint-Père en 2013 dans une interview aux revues culturelles jésuites.

La prêtrise reste fermée au sexe féminin
L'ouverture aux femmes dans l'Eglise catholique conserve cependant des limites. Un domaine leur reste interdit, celui de la prêtrise. «Le sacerdoce réservé aux hommes est une question qui ne se discute pas», a écrit François dans son encyclique Evangelii gaudium (2013).  

A l'image du Christ, le Saint-Père choisit ses apôtres uniquement parmi des hommes. Bien que glorifiant «le génie féminin», le pape actuel ne déroge pas à la règle catholique et souligne que la «dignité» de la femme n'est pas liée à la fonction qu'elle occupe dans l'Eglise. Marie, la mère de Jésus, demeure en l'occurence, la référence suprême.