Clap

Italie,  Europe,  Europes

Italie: le populiste Beppe Grillo se grille tout seul au Parlement européen

Par Véronique le Jeune@GeopolisAfrique | Publié le 10/01/2017 à 17H37, mis à jour le 14/01/2017 à 12H51

Beppe Grillo à Rome 2 décembre 2016
Beppe Grillo le 2 décembre 2016, dans un meeting contre le référendum proposé par l'ex-président du Conseil Matteo Renzi.  © MARCO BERTORELLO / AFP

L'idée a subitement saisi le leader du Mouvement 5 étoiles le dimanche 8 janvier: il fallait que les 17 députés européens élus sous sa bannière anti-euro rejoignent le groupe libéral, fervent défenseur de la monnaie unique. Un tête-à-queue adopté par ses partisans à 78,5 % dans un vote en ligne mais rejeté par l'Alliance des libéraux et des démocrates pour l'Europe (ALDE).


Quelle mouche a donc piqué l'ex-comique pourfendeur de la mainmise de Bruxelles et promettant un prochain référendum sur la sortie de l'Italie de l'euro, reponsable de tous les maux? Les députés européens issus du Mouvement 5 étoiles (M5S) se le demandent encore, eux qui n'ont même pas été mis au courant. La démocratie directe prônée par M.Grillo a ses limites. Ainsi, c'est lui-même et Davide Casaleggio, le fils de feue l'éminence grise du mouvement, qui, dans une totale opacité, ont décidé seuls de ce soudain changement de stratégie.

Ciao Farage, buongiorno Verhofstadt
Et c'est sur son blog que l'inventeur du Vaffanculo Day (le jour du «Va te faire foutre...») a annoncé avoir pris ses distances avec le groupe des eurosceptiques d'Europe de la liberté et de la démocratie directe (ELDD) menés par le Britannique Nigel Farage. Pour Beppe Grillo, après le Brexit, une telle alliance n'avait plus de sens. Il fallait en trouver une autre.

A l'issue du refus des Verts européens, le Mouvement 5 étoiles, qui qualifie l'Union européenne de «Quatrième Reich», s'est tourné vers les libéraux. Sans peur des contradictions, il a demandé l'asile à un groupe aux antipodes de ses positions et de ses conceptions. 

Piètre et incompréhensible calcul
L'initiative était concertée en secret avec le chef de file des libéraux, l'ex-premier ministre Guy Verhofstadt, qui espérait qu'un tel rapprochement le fasse élire à la tête du Parlement européen. Pour lui, fini le Grillo, «cauchemar absolu» et «danger populiste pour l'Europe». Il devenait soudain utile.

Mais les membres du groupe ALDE en ont décidé autrement et ont rejeté ce qu'ils ont considéré comme un piètre et incompréhensible calcul.

Beppe Grillo entouré Luigi Di Maio Virginia Raggi maire Rome
Le leader du Mouvement 5 étoiles Beppe Grillo, entouré de Luigi Di Maio, l'un de ses principaux adjoints, et de Virginia Raggi, première femme maire de Rome, et issue du mouvement populiste, aujourd'hui en difficulté dans sa gestion de la Ville éternelle. © Jacopo Landi / NurPhoto


La possible mise en examen de Virginia Raggi
Ce coup de poker initié par le Mouvement 5 étoiles avait deux buts, selon les observateurs.

Le premier: dresser un écran de fumée devant les difficultés de gestion de la maire 5 étoiles de Rome, Virginia Raggi, élue en juin 2016, qui risque une mise en examen après l'arrestation en décembre de son plus proche collaborateur pour corruption. Le test grandeur nature obtenu par le mouvement de Beppe Grillo pourrait virer au fiasco.

Le deuxième but: se donner des allures plus fréquentables alors que, crédité de 30% d'intentions de vote, le Mouvement 5 étoiles vise le sommet de l'Etat italien.

La Ligue du Nord en embuscade
Beppe Grillo, lui, a d'ores-et-déjà transformé l'échec en fanfaronnade: «Nous avons fait trembler le système comme jamais», écrit-il sur son blog.

Quoi qu'il en soit, sortir de la posture critique et faire de la politique, ça ne s'improvise pas. Il y en a un en Italie qui n'a rien raté du spectacle offert par l'ex-humoriste, c'est le leader de la Ligue du Nord, l'autre populiste italien.

Matteo Salvini a aussitôt fait du pied aux électeurs du M5S déçus par cette «farce», ceux qui pensaient voter «pour sortir de l'euro, contrer l'Europe et les migrants». Tout n'est pas peut-être pas perdu pour tout le monde.