Et pendant ce temps...

Syrie,  Moyen-Orient

«Jihadi John junior»: 4 ans, apprenti terroriste chez Daech, enfant maltraité

Par Mohamed Berkani@GeopolisFTV | Publié le 05/01/2016 à 12H06, mis à jour le 05/01/2016 à 13H55

Jihadi John Junior
Jihadi John Junior sur une vidéo de propagande. © DR/Capture d'écran d'une vidéo de propagande

La presse britannique multiplie les Une sur «Jihadi junior», un enfant apparu dans la dernière vidéo de propagande de Daech dans laquelle il appelle à tuer les infidèles. Son grand-père tient un autre discours : Isa, quatre ans, souhaite rentrer chez lui en Angleterre.


Les images ont fait le tour du monde. A la fin d’une vidéo de propagande de Daech, un enfant en treillis militaire apparaît pour appeler à tuer les infidèles «partout dans le monde». La presse anglaise a retrouvé l’identité du petit garçon : Isa Dare, 4 ans, enlevé il y a deux ans par sa mère fanatisée qui a rejoint la Syrie. L’enfant avait ému toute l’Angleterre. Les menaces, qui sortaient de sa bouche, semblaient plus monstrueuses à cause de son jeune âge. Savait-il seulement ce qu’il disait en éructant «kill kuffar», tuer les impies ?

 
Le grand-père d’Isa Dare demande de regarder derrière les images, de ne pas s’arrêter à la propagande. Lors de son dernier appel téléphonique, deux jours avant la mise en ligne de la vidéo, son petit-fils l'a supplié de venir le chercher car il a peur. «C’est juste de la propagande (de Daech), ils utilisent juste un petit enfant qui ne comprend rien à rien. Ils l’utilisent comme un bouclier. C’est mon petit-fils», témoigne Henry Dare.
 
Retour sur une histoire dramatique. Isa Dare est né en 2011 à Lewisham, un quartier de Londres. Sa mère, Grace, d’origine nigériane, s’est fait connaître en rejoignant la Syrie et surtout en affirmant dans des vidéos vouloir être la première femme à décapiter un otage. «Elle était chrétienne et allait dans une école catholique. Elle est tombée sous l’influence de certaines personnes plus tard quand elle se rendait à la mosquée», se désole son père.

 
En juillet 2015, Grace Dare, qui a pris pour second prénom Khadija (du nom de la première épouse du prophète Mahomet), a posté sur les réseaux sociaux une photo de son fils Isa (Jésus en arabe) avec une Kalachnikov qu’il soulevait avec difficulté.
 
Mariée à un Suédois connu sous le pseudonyme Abu Bakr, Grace Khadidja Dare avait rejoint la Syrie en 2012 où elle avait accouché d’un second garçon, Abdu Rahman. L’embrigadement d’enfants est assumé par Daech qui affirme vouloir en faire des soldats plus tard.  
 
Le nom de guerre «Jihadi John junior» fait référence au bourreau britannique de l’Etat islamique, «Jihadi John» alias Mohammed Emzawi, tué lors d’une frappe américaine en novembre 2015. 

Présidentielle américaine

Recevez notre newsletter consacrée aux élections américaines 2016