Kirghizstan: les surprenantes disciplines des Jeux Nomades

Par Marc Taubert | Publié le 11/09/2016 à 15H44

Du 3 au 8 septembre 2016, le Kirghizstan organise la deuxième édition des Jeux Nomades, sorte de Jeux Olympiques d'Asie centrale. 40 nations s'y affrontent lors d'épreuves qui peuvent nous paraître surprenantes. La plus attendue est le kok-borou (ou buzkashi en Afghanistan): deux équipes cherchent à attraper la carcasse d'une chèvre pour l'emmener à l'autre bout du terrain.

  • Des artistes lors d'une performance aux Jeux Nomades.
    01 /11
    Des artistes lors d'une performance aux Jeux Nomades.

    Ces Jeux sont l'occasion de présenter les coutumes de nombreux peuples d'Asie centrale. Le président kirghiz les justifie d'ailleurs en ce sens: «Dans le monde moderne, les gens ont tendance à oublier leur histoire. Il y a un danger pour les cultures traditionnelles.» Il est néanmoins critiqué pour le coût de cette organisation qui a nécessité 14 millions d'euros au lieu des 6,2 prévus à l'origine. © NEZIR ALIYEV / ANADOLU AGENCY / AFP

  • Steven Seagal lors cérémonie d'ouverture.
    02 /11
    Steven Seagal lors de la cérémonie d'ouverture.

    Lors de la cérémonie d'ouverture, le 3 septembre 2016, l'invité d'honneur en a surpris plus d'un. L'acteur américain Steven Seagal est apparu vêtu d'une armure d'un guerrier kirghiz. Mais ce n'est pas la première fois qu'il se rend dans l'ancien bloc soviétique. Il entretiendrait une belle amitié avec le président russe Vladimir Poutine. Il a également été vu au mois d'août 2016 avec le dictateur biélorusse, Alexandre Lukashenko. © Vladimir Voronin / AP / SIPA

  • Une performance hors commun...
    03 /11
    Une performance hors du commun...

    Ici, un homme se fait traîner par un cheval sur plusieurs dizaines de mètres quand, en arrière plan, un autre est enflammé. Signe de l'importance de ces Jeux pour le Kirghizstan, le pays a lancé des éditions spéciales de timbres et de pièces de monnaie. © VYACHESLAV OSELEDKO / AFP

  • Des participants à épreuve chasse salburun.
    04 /11
    Des participants à l'épreuve de la chasse salburun.

    La chasse fait aussi partie des épreuves. Sur cette photo, des participants à une sorte de chasse à courre d'Asie centrale, des chiens, des faucons et des aigles royaux pourchassent une proie. Autant dire qu'elle n'a que peu de chances de survivre. © TABYLDY KADYRBEKOV / SPUTNIK / AFP

  • Plus loup mais aigle...
    05 /11
    Plus de loup mais un aigle...

    Il y a encore quelques années, la chasse salburun faisait combattre un loup attaché à un aigle dressé. Mais face aux protestations des défenseurs des animaux, les règles ont évolué et la pratique n'a plus lieu. © TABYLDY KADYRBEKOV / SPUTNIK / AFP

  • Les archers en action.
    06 /11
    Les archers en action.

    Une épreuve qui a bien sûr sa place aux Jeux Nomades. Mais ici, tradition oblige, pas question d'utiliser des arcs modernes comme ceux utilisés lors des Jeux Olympiques.  © TABYLDY KADYRBEKOV / SPUTNIK / AFP

  • Un enfant funambule.
    07 /11
    Un enfant funambule.

    Certains en profitent pour faire de spectaculaires représentations. Ici, un enfant marche sur une corde à plusieurs mètres de hauteur. La sécurité est présente, il est attaché. © Vladimir Voronin / AP / SIPA

  • Des hommes cuisinent au milieu yourtes.
    08 /11
    Des hommes cuisinent au milieu des yourtes.

    La cuisine d'Asie centrale a été influencée par l'Occident comme par l'Orient car la région se trouve sur l'ancienne route de la soie. Le riz, le yaourte et la viande grillée sont des aliments essentiels à la culture culinaire de la région. © TABYLDY KADYRBEKOV / SPUTNIK / AFP

  • Les femmes participent également aux Jeux Nomades.
    09 /11
    Les femmes participent également aux Jeux Nomades.

    Et nombres d'épreuves se font à cheval en raison de la place qu'occupe l'animal dans cette région montagneuse, où il est utilisé depuis des siècles pour se déplacer. © TABYLDY KADYRBEKOV / SPUTNIK / AFP

  • Des cavaliers jouant au kok-borou.
    10 /11
    Des cavaliers jouant au kok-borou.

    Le kok-borou (ou Buzkashi en Afghanistan) est un jeu très ancien. Il serait même l'ancêtre du polo. Deux équipes s'affrontent pour ramasser une carcasse de chèvre fraîchement décapitée et l'amener dans la partie opposée du terrain. © Vladimir Voronin / AP / SIPA

  • Le kok-borou peut être assez violent.
    11 /11
    Le kok-borou peut être assez violent.

    Des centaines de personnes peuvent participer à ce jeu qui peut, parfois, comporter des risques pour les joueurs. © VYACHESLAV OSELEDKO / AFP