Le point sur...

Environnement,  Afrique

L'Afrique reste désarmée face aux déchets électroniques qui s'accumulent

Par Martin Mateso@GeopolisAfrique | Publié le 24/07/2017 à 11H25, mis à jour le 25/07/2017 à 16H19

Equipements électroniques
Un ouvrier s'emploie à démonter des équipements électroniques obsolètes dans un centre de recyclage près de Naïrobi, au Kenya. © Photo Reuters/Thomas Mukoya

Des millions de téléphones usagés, des téléviseurs, des ordinateurs et appareils électroménagers... le monde entier continue de déverser en Afrique, en toute illégalité, de grandes quantités d’équipements désaffectés. Ces appareils, dont les composants peuvent se révéler très toxiques, finissent souvent dans des décharges clandestines des grands centres urbains.

Les experts sont unanimes, l'Afrique est en passe de devenir le continent-poubelle des ordures toxiques du monde développé. Ils devraient atteindre 67 millions de tonnes en 2017, soit une hausse d’un tiers par rapport à 2014.
 
Selon un rapport du programme des Nations Unies pour l’environnement, la France, l’Allemagne et la Grande Bretagne sont les principaux pays exportateurs de déchets électroniques en Afrique où ils atterrissent sur le marché de l’occasion.
 
«Nous les voulons à bas prix», note Haïdar El Ali, ancien ministre sénégalais de l’Environnement qui s'est penché sur la question. Ces déchets «finissent donc dans un container en direction des côtes des nations éloignées des yeux de ceux qui en font une consommation frénétique. Directement dans l’arrière cour de populations, convaincues qu’elles ne peuvent se payer le luxe d’être trop regardantes.» 
 
Les Africains ne sont pas dupes, précise-t-il. Mais ils ne savent pas grand chose de ce qu’on déverse réellement chez eux: «Pour quelques billets, on y relègue le trop plein d’une société mondiale de consommation aveugle, polluante.» Selon un rapport de l'université des Nations Unies, les déchets illicites sont généralement cachés dans des conteneurs transportant une autre cargaison légale, dans le but de tromper les douaniers. Ils finissent dans des décharges gigantesques d'Accra, Naïrobi, Kinshasa ou Lagos.

Une décharge clandestine à Accra au Ghana
Le ministre allemand du Développement visitant une décharge clandestine de déchets électroniques à Accra au Ghana, le 9 avril 2015. © Photo AFP/Kay Nietfeld


Des enfants désossent des appareils électroniques
Dans un documentaire intitulé La tragédie électronique diffusé en mai 2014, la chaîne franco-allemande ARTE a mené l’enquête dans la banlieue d’Accra, la capitale ghanéenne.

Un journaliste ghanéen explique, preuve à l’appui, qu’on trouve dans son pays des déchets toxiques électroniques issus des poubelles françaises, espagnoles, anglaises et américaines. Il brandit des débris d’ordinateurs ayant appartenu, en Angleterre, à des services de la police et à un hôpital. On y voit des enfants jouer et désosser des appareils électroniques hors d’usage, au milieu de fumées pestilentielles et toxiques. Certains déchets qu'ils manipulent contiennent des substances cancérigènes comme les tubes cathodiques, les écrans liquides et les interrupteurs au mercure.

L’enquête montre que les trois quarts des déchets «sortent des circuits officiels et ne sont jamais recyclés mais exportés et vendus illégalement». Rien qu'au Ghana, 30% des importations des produits de seconde main seraient inutilisables.

L’Union européenne ne recycle que 25% de ses déchets électroniques. Elle est pourtant signataire de la convention de Bâle qui interdit depuis 1989 l’exportation de ces matériels faussement qualifiés d’équipements d’occasion.

En fait, l'exportation d'équipements utilisés coûte moins cher que la mise en décharge, en raison de lois environnementales strictes, note le site EurActiv qui précise que dans certains cas, les produits sont envoyés comme dons afin d'être réutilisés, même si ils ne sont plus utilisables.

L’Afrique désarmée face au phénomène
Comment récupérer, isoler et traiter ces millions de tonnes de produits électroniques en fin de vie? C’est un casse-tête pour les pays africains dépourvus de compétences en matière de recyclage. Seuls le Kenya et l’Afrique du Sud disposent des usines capables de traiter ces déchets.

Centre recyclage déchets électroniques au Kenya
Centre de recyclage des déchets électroniques près de Naïrobi. Le Kenya est un des rares pays africains à disposer d'un telle usine. © Photo Reuters/Thomas Mukoya


Dans une étude réalisée au Bénin, au Mali et au Sénégal, des chercheurs africains ont tiré la sonnette d’alarme. Leur travail a mis en lumière «le flux très puissant des matériels entrant dans les pays, parfois dans un état déjà usagé, dont la durée d’utilisation sera par conséquent brève avant qu’ils ne deviennent des déchets que nous ne savons ou ne pouvons pas retraiter.»
 
Leur constat est alarmant: des milliers de récupérateurs ont investi ce secteur lucratif, sans avoir la conscience des dangers qu’ils courent : «Ils prennent très peu de précaution et souvent n’ont aucune protection dans la récupération, dans le stockage et le recyclage» de ces déchets toxiques.
 
Ils demandent donc aux décideurs africains d’accorder plus d’attention à la gestion des déchets toxiques qui comportent des composants dangereux pour la santé tels que le mercure et les métaux lourds.
 
Certains pays africains commencent à réagir. C’est le cas de la Côte d’Ivoire qui a lancé en octobre 2015 une campagne de récupération des déchets électroniques dont l'objectif était de recycler en quatre mois 40 tonnes de différents équipements électriques et électroniques obsolètes disséminés dans la ville d’Abidjan.