Eclairage

Chine,  Australie

L’appétit des investisseurs chinois pour les terres agricoles australiennes

Par Michel Lachkar@GeopolisFTV | Publié le 13/03/2016 à 12H46, mis à jour le 13/03/2016 à 12H59

Les investisseurs chinois s'intéressent aux ranchs australiens.
Les investisseurs chinois s'intéressent aux terres agricoles et aux ranchs australiens. © AFP/ Guido Alberto Rossi

La chine manque de Soja pour son alimentation animale, de lait et de viande de qualité pour répondre aux nouvelles habitudes alimentaires de sa classe moyenne. Pékin multiplie les investissements à l’étranger afin d’assurer une plus grande indépendance et sécurité alimentaires. Dernière illustration de cette stratégie, l’achat massif de terres agricoles en Australie.

La plus grande ferme laitière australienne, 30 000 vaches sur 25 sites vient d’être rachetée par le Chinois Lu Xiangeng pour 280 millions de dollars australiens (189 millions d’euros).
 
Une autre propriété de 101 000 kilomètre carrés de terre est convoitée par le groupe chinois Pengxin qui propose selon la presse australienne près de  237 millions d’euros.
Dès que le contentieux lié à la proximité d’une importante zone militaire sera levé, cette propriété grande comme le Portugal et ses 185 000 têtes de bétail (appartenant à l’éleveur Sidney Kidmann) devraient tomber dans l’escarcelle du groupe chinois. «Ils  s’intéressent tout particulièrement au bœuf et au lait australien très appréciés par les chinois fortunés» explique Mick Keogh de l’Australien Farm Institute.

Ces ventes spectaculaires ne représentent que la partie émergée de l’iceberg. Des investissements plus confidentiels se font dans des fermes plus petites. Aucune autorisation gouvernementale n’est nécessaire pour l’achat de terre, quand le montant de la vente est infèrieure à 10 millions d’euros. 
 
Sécuriser les approvisionnements
La Chine importe 80 % de son soja, composant central de l’alimentation animale. La volonté de Pékin de sécuriser ses approvisionnements amène les acteurs chinois à investir dans les ranchs australiens (et africains), pour répondre aux nouvelles habitudes alimentaire des classes moyennes chinoises,et à leur régime plus riche en viande.
Importation massive égalementdans le secteur du lait. La Chine a connu ces dernières années de nombreux scandales alimentaires avec le lait contaminée à la mélamine et les huiles frelatées recyclées. Depuis, le riche consommateur chinois délaisse le «made in China» au profit des produits occidentaux réputés « plus sûrs », surtout en matière de lait maternisé.
 

Délégation chinoise à Carhaix nouvelle usine production lait en poudre.
Visite d'une délagation chinoise à Carhaix en Bretagnne, sur le site d'une usine qui doit produire 100 000 tonnes de lait en poudre par an.  © afp/ Fred Tanneau

Ceci explique les récents investissements chinois en France. A Carhaix en Bretagne, l’entreprise chinoise Synutra alliée à la coopérative locale Sodiaal produira dans quelques mois 100 000 tonnes de lait en poudre, acheminées par porte-conteneurs en Chine. D'autres usines de moindres envergures devraient voir le jour en Normandie et en Bretagne.
 
Une politique qui s'explique en grande partie par la mauvaise qualité des terres agricoles chinoises. Selon le ministère chinois de la protection de l’environnement, plus de 16% du territoire de l’empire du milieu est gravement pollué par les métaux lourds et autres produits toxiques.
 
 
 

Présidentielle américaine

Recevez notre newsletter consacrée aux élections américaines 2016