Clap

Irak,  Moyen-Orient

L’arsenal de Daech, une véritable armée moderne

Par Géopolis FTV@GeopolisFTV | Publié le 15/01/2016 à 13H46, mis à jour le 15/01/2016 à 15H33

Des policiers irakiens
Des policiers irakiens répertorient de munitions pris à Daech dans la ville d'Al-Alam, en Irak, le 17 Mars 2015 
© AFP PHOTO / AHMAD AL-RUBAYE

En décembre 2015, Amnesty International a publié un rapport sur l’accumulation et la prolifération des armes en Irak, tombées aujourd’hui aux mains de Daech.

C’est à partir de la guerre opposant l’Iran à l’Irak au début des années 80 que le commerce mondial des armes explose. 34 pays, dont aux premiers rangs la Russie, la France et la Chine, fournissent des armes à l'Irak et 28 à l'Iran. Saddam Hussein, alors président de l’Irak depuis 1979, développe lui aussi sa propre industrie de l’armement.
 
En 1990, l’ONU décrète un embargo sur les armes suite à l’invasion de l’armée irakienne au  Koweït réduisant ainsi les importations. Mais l’intervention de l'armée américaine en Irak en 2003, lors de la deuxième guerre du Golfe, amènera de nouveau le pays à en être inondé. 
 
Un million d’armes d’infanterie et de pistolets et des millions de munitions sont transférés à l’armée irakienne, alors que celle-ci est incontrôlable et minée par la corruption.
 
Des milliers d’armes se volatilisent dans la nature
Les soldats de l’armée irakienne dissoute (400.000 militaires), les membres des groupes armés naissant et même les civils s’en emparent sans que la coalition puisse maintenir un réel contrôle des flux et des stocks. Des milliers d’armes se volatilisent dans la nature. Les marchés illégaux prolifèrent faisant de ce pays une véritable caverne d’Ali Baba de l’armement. Une aubaine pour tous les groupes de la région.
 
Entre 2011 et 2013, des contrats de plusieurs milliards de dollars ont été signés avec les Etats-Unis pour rééquiper l’armée irakienne: chars de combat (140 M1A1 Abrams), avions de combat F-16, missiles Sol-Air portables (681 Stinger) et batteries antiaériennes Hawk. Et en 2014, 500 millions de dollars d'armes légères et de munitions sont livrés au gouvernement irakien.
 
Le groupe terroriste Daech implanté dans le pays récupère une très grande partie de cet arsenal au fur et à mesure de son avancée sur le terrain. C’est grâce à celui-ci qu’il peut conquérir des grandes villes comme Mossoul.
 
Daech possède aujourd’hui l’équipement d’une véritable armée moderne: système d’artillerie russes Kornet et Metis et HJ-8 chinois, missiles guidés antichars d’ex-Union soviétique et d’ex-Yougoslavie, missiles européens MILAN et HOT et missiles Sol-Air MANPADS FN-6 chinois.
 

Les combattants Daech
Les combattants de Daech défilent dans les rues de Racca (Syrie) le 30 juin 2014.  © Reuters

Il détient aussi des systèmes de défense antiaériens Sol-Air Très Courte Portée (SATCP ou MANPADS), des mitrailleuses lourdes et légères russes, chinoises, irakiennes et belges, des fusils d'assaut tels que des AK russes, des M16 et Bushmaster américains, des CQ chinois, des HK G3 allemands, des fusils à lunette Steyr Autrichiens et Dragounov SVD russes ainsi que des explosifs et des véhicules blindés de combat. Mais aussi des armes plus classiques et de petit calibre comme des pistolets, des armes de poing et les célèbres Kalachnikov. Daech récupère au final l’armement de 25 pays.
 
Mais en plus de cet arsenal guerrier, les djihadistes fabriquent leurs propres armes comme des  mortiers, des roquettes, de grenades à main, des objets piégés, et même des bombes à sous-munitions remaniées, une arme prohibée par le droit international. Ils ont également accès à des armes provenant des stocks de l’armée syrienne.  

Présidentielle américaine

Recevez notre newsletter consacrée aux élections américaines 2016