Diaporama

Bosnie-Herzégovine,  Europe

La Bosnie-Herzégovine se défend contre l’extrémisme islamiste

Par Eléonore Abou Ez@GeopolisAfrique | Publié le 08/12/2015 à 11H08, mis à jour le 09/12/2015 à 11H26

Des musulmans Bosnie devant mosquée Sarajevo lors fête l'Adha
Des musulmans de Bosnie devant une mosquée de Sarajevo lors de la fête de l'Adha. © AFP/ Agence Anadolu Mustafa Ozturk

Des responsables religieux, politiques et des intellectuels musulmans de Bosnie ont lancé le 4 décembre 2015 un appel commun contre l’extrémisme islamiste et la radicalisation au sein de leur communauté. Une initiative inédite dans cette ex-république yougoslave qui refuse de servir de base au groupe Etat islamique.


«Nous devons de nouveau défendre notre religion, notre culture notre Etat et nos valeurs et nous opposer à toute forme de radicalisme, d’extrémisme violent  et de terrorisme.» L’appel de Bakir Izetbegovitic, dirigeant politique des musulmans de Bosnie, intervient après la réunion début décembre à Sarajevo d’une quarantaine de responsables dont le grand mufti du pays.

La communauté musulmane, qui représente 40% de la population de ce pays balkanique, se dit inquiète des actes terroristes dans le monde et en Europe.
  
La Bosnie, une pépinière du terrorisme?
Moins d’une semaine après les attentats de Paris, deux soldats de l’armée de Bosnie-Herzégovine ont été tués à l’arme automatique par un assaillant salafiste à Sarajevo. «La Bosnie-Herzégovine est devenue une pépinière du terrorisme», avait averti le ministre de la Sécurité. Dragan Mektic pointait du doigt les islamistes qui font régner leurs lois à Gorjna Maoca, comme le note Courrier International. En février 2015, la police avait fait une descente dans cette ville du Nord-Est où flottaient les drapeaux noirs de l’organisation Etat islamique.
 
Des militants de Daech et un camp d’entraînement
Les autorités bosniaques suivent de près les milieux djihadistes qui se développent avec la montée en puissance de Daech. Plusieurs personnes ont rejoint ces dernières années les rangs de l’Etat islamique. Et comme dans tous les pays concernés par ce phénomène, ce qui inquiète le plus, c’est le retour de ces djihadistes aguerris qui constituent une menace directe pour le pays. Ils seraient une cinquantaine, selon le site opex360 spécialisé dans les questions militaires. Un camp d’entraînement aurait été installé dans le village isolé d’Osve à 100 kilomètres de Sarajevo. 
 
L’héritage de l’idéologie salafiste
L’idéologie salafiste qui se répand dans le pays n’est pas l’apanage de Daech. Elle a d’abord été importée par les djihadistes venus épauler les forces musulmanes pendant le conflit intercommunautaire dans les années 90 et s’est propagée dans les mosquées reconstruites par l’Arabie Saoudite après la guerre.

«Je dois admettre que nous n’avions pas reconnu à temps la dimension du danger», souligne le leader des musulmans Bakir Izetbegovitc qui défend un islam modéré.