Clap

Politique,  Djibouti

La Chine envoie ses premiers soldats sur sa base navale de Djibouti

Par Dominique Cettour-Rose (avec AFP)@GeopolisAfrique | Publié le 13/07/2017 à 16H05, mis à jour le 13/07/2017 à 16H05

Des soldats quittent Chine en bateau pour rejoindre base Djibouti.
Des navires transportant du personnel militaire chinois partent du Zhanjiang, province du Guangdong du sud de la Chine, le 11 juillet 2017, en direction Djibouti. © WU DENGFENG / XINHUA

Les premiers soldats de la marine chinoise sont montés à bord du «Jinggangshan» et du semi-submersible «Donghaidao», à destination de Djibouti, mardi 11 juillet 2017. Cette «base logistique» installée dans le petit pays de la corne de l'Afrique, est la première du genre pour la Chine.


Première base chinoise à l'étranger, Djibouti servira à soutenir «les escortes navales en Afrique et au Moyen-Orient, les opérations de maintien de la paix (de l'ONU) et l'aide humanitaire», a indiqué le ministère de la Défense, cité par l'agence Chine nouvelle.

Les missions des Nations Unies au Mali, au Darfour ou encore au Soudan du Sud, comptent plus de 3000 soldats, la Chine faisant aujourd’hui partie des nations qui envoient le plus de Casques bleus en Afrique, rappelait en 2016 le site Geopolis.

La piraterie maritime
La base de Djibouti servira également au soutien des opérations menées par Pékin contre la piraterie maritime au large de la Somalie et dans le golfe d'Aden, où elle est présente depuis 2008. Elle sera également utile à l'évacuation, en cas de crise, des ressortissants chinois, toujours plus nombreux dans la région.

La Chine avait annoncé début 2016 le lancement de la construction d'un «complexe de soutien», terme qu'elle préfère à celui de «base militaire», indique Le Monde. Une négociation entre les deux pays avait abouti en 2015.

Etats-Unis, France et Japon
Seuls quelques kilomètres séparent cette base chinoise du Camp Lemonnier, une base majeure pour les opérations de l'armée américaine dans la région, précise Le Monde. Les militaires chinois croiseront les Français et les Japonais, qui ont chacun leur propre base militaire à Djibouti. 

Pékin construit à Djibouti le port international de Doraleh et son terminal pétrolier, un oléoduc, des voies de chemin de fer et des routes vers l’Ethiopie. C’est aussi cela que protège cette base navale chinoise, rappelle Geopolis.

Djibouti, 8.000 habitants, est stratégiquement situé sur le détroit de Bab-el-Mandeb, un des corridors maritimes les plus fréquentés au monde.