Clap

Erythrée,  Djibouti

La crise frontalière entre Djibouti et Asmara inquiète la Corne de l'Afrique

Par Michel Lachkar@GeopolisAfrique | Publié le 20/06/2017 à 16H23, mis à jour le 20/06/2017 à 16H37

Soldats érythréens positionnés à frontière avec l'Ethiopie
Soldats érythréens positionnés à la frontière avec l'Ethiopie.  © AFP PHOTO / AMR NABIL

Le Conseil de sécurité de l'ONU s’est réuni le 19 juin 2017 sur le différend frontalier qui s'envenime entre Djibouti et l’Erythrée. Djibouti a accusé Asmara d'avoir profité du retrait des observateurs Qataris, déployés le long de la frontière, pour occuper une zone revendiquée par les deux pays. L’Union Africaine craint un embrasement de la région et envoie une mission à la frontière.


La tension monte entre Djibouti et l’Erythrée depuis le retrait le 16 mai 2017 des observateurs du Qatar, déployés depuis 2010 le long de la frontière entre les deux pays. Les troupes d’observation qataries ont quitté Ras Doumeira, un promontoire stratégique sur la mer Rouge que se disputent l’Erythrée et Djibouti. Une vieille dispute territoriale qui a donné lieu en 2008 et en 2010 à des combats meurtriers.

Ras Doumeira point stratégique à frontière entre Djibouti l'Erythrée
Ras Doumeira, point stratégique et disputé sur la mer rouge à la frontière entre Djibouti et l'Erythrée

Colère du Qatar
Dans un communiqué, le Qatar avait informé le gouvernement de Djibouti du retrait de toutes ses troupes déployées à la frontière avec l'Erythrée. 
Cela fait suite à la prise de position d’Asmara en faveur des Saoudiens, dans le conflit qui oppose Ryad et Doha, provoquant la colère du Qatar.

Le 15 juin, le ministre djiboutien des Affaires étrangères Mahmoud Ali Youssouf a accusé Asmara de «déployer ses forces» dans la région de Doumeira. Une réunion du Conseil de sécurité s’est réunie le 19 juin à New York à la demande de l'Ethiopie (membre non permanent).

Addis-Abeba qui a signé en 2016 un accord de défense avec Djibouti pourrait être pris par l'engrenage des alliances, dans un nouveau conflit.
L'Ethiopie, ennemi de longue date de l'Erythrée, pourrait réagir en cas d'attaque contre Djibouti, provoquant un nouvel embrasement de la Corne d'Afrique.

L'Union africaine inquiète
Le président de la commission de l’Union Africaine, Moussa Faki Mahamat, a appelé au «calme et à la retenue» et proposé d’envoyer une mission à la frontière. Le conseil de sécurité a exhorté à résoudre pacifiquement le différend territorial, en posant «des mesures de confiances».

Djibouti, qui abrite des bases militaires française, américaine et bientôt chinoise, bénéficie d’un soutien diplomatique de poids. L’Erythrée, en revanche, est largement considérée comme une dictature et un Etat paria tandis que le port de Djibouti sert de débouchés aux importations et exportations de l’Ethiopie, ennemi régional de l’Erythrée.