Eclairage

Politique,  Egypte,  Afrique

La fabuleuse épopée du canal de Suez en cinq actes

Par Pierre Magnan@GeopolisAfrique | Publié le 06/05/2018 à 14H36

En route vers mers Sud
Maquette exposée à l'Institut du monde arabe (IMA) pour illustrer le passage d'un navire par le canal de Suez avec, sur les berges, les travailleurs affectés à l'entretien de la voie d'eau. © GGb

Du pharaon Sésostris III au maréchal Sissi, en passant par Ferdinand de Lesseps et Nasser, l’Egypte a toujours été marquée par cette idée folle de relier la mer Rouge à la Méditerranée. Une magnifique exposition à l’Institut du monde arabe (IMA) retrace l'histoire de cette voie d’eau de 193 kilomètres que l’on peut résumer en cinq dates clefs.


«Le Khédive Ismaïl accueille pour l’inauguration du canal de Suez des représentants de toutes les familles royales d’Europe, des envoyés du Sultan, mais également l’empereur d’Autriche et surtout l’hôte d’honneur, l’impératrice Eugénie.» Ainsi commence l'exposition de l'Institut du monde arabe consacrée au canal de Suez, inauguré en grande pompe en 1869. Mais cette année mémorable n'est que l'une des dates de la saga du canal telle qu'elle est racontée à l'IMA. Retour en cinq épisodes sur cette incroyable aventure humaine qui fit de l'Afrique une île.

Fragment naos dit Naos Paponot

Fragment de bas-relief dit Naos Paponot. Scènes rituelles exécutées par Ramsès II. Dès la Haute Antiquité, l'idée d'une voie d'eau entre la Méditerranée et la mer Rouge a intéressé les pharaons. Pour cette liaison, ils s'appuient sur des bras du Nil aujourd'hui disparus. © Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Christian Decamps


Le canal: une idée qui a 4000 ans
L’idée de relier la Méditérranée à la mer Rouge remonte à l’Egypte pharaonique. En 2000 avant J.-C., le pharaon Sésostris III avait déjà fait relier par un canal le Nil aux lacs Amers, qui donnaient alors accès à la mer Rouge, pour la relier à la Méditerranée… 

Au cours des siècles, la rénovation de cette voie d’eau est fréquente en raison d’une géographie difficile et d’un ensablement permanent. D’autres canaux s’appuyant sur des bras du Nil sont ouverts successivement par Darius, Ptolémée II et Trajan ou, plus tard, lors de la conquête arabe.

Venise présente son projet canal au sultan

«Les Vénitiens présentent leur projet de canal au sultan», peinture de Giulio Carlini, 1869. © Engie


Plus tard, au XVIe siècle, après les grandes découvertes du XVe siècle (celles de l’Amérique en 1492 ou de la route des Indes autour de l’Afrique en 1498), Venise, qui craint pour sa toute puissance sur le commerce méditerranéen, élabore aussi son projet que l’on peut voir dans l’exposition. Mais l'idée tombe à l’eau et la Sérénissime voit sa position décliner irrémédiablement.

Bonaparte, lors de son expédition en Egypte, a lui aussi l’idée de relier les deux mers. Il fait réaliser des relevés mais n'a pas le temps d'aller plus loin.

Inauguration grandiose Canal

Edouard Riou, Eugène Cicéri, «La Tribune des Souverains». Le 17 novembre 1869, le canal de Suez est inauguré en présence de l'impératrice Eugénie, épouse de Napoléon III, et de l'empereur d'Autriche François-Joseph et du vice-roi d'Egypte. © Souvenir de Ferdinand de Lesseps et du Canal de Suez / Lebas Photographie Paris


Ferdinant de Lesseps obtient le Canal en 1869
​Au XIXe siècle, l’ère industrielle s'emballe, le commerce mondial se développe toujours plus... tout comme la colonisation. Plusieurs solutions sont recherchées pour réussir à baisser le temps des trajets entre l'Asie et l'Europe pourt éviter d’avoir à contourner le continent africain. En coupant par l’Egypte, on abrège de moitié les trajets pour Bombay. En France, les Saint-Simoniens réflechissent à un projet de canal dans l'isthme de Suez. 

Il faut attendre Ferdinand de Lesseps, diplomate en poste en Egypte, et ses bonnes relations avec le pouvoir local pour voir le projet de canal prendre forme. Il obtient en effet rapidement du vice-roi, Saïd Pacha (qui donna son nom à l’entrée du canal, Port Saïd), un accord verbal dès novembre 1854 sous réserve que soit rédigé un avant-projet. Lesseps organise la réunion d’une commission technique internationale fin 1855. En décembre 1858, la Compagnie universelle du canal maritime de Suez est créée. C’est une société anonyme dont les actions sont essentiellement détenues par la France (52%) et l’Egypte (44%).

Hippolyte Arnoux Zangaki frères Drague à déversoir 1869 - 1885

Drague à déversoir utilisée pour le percement du canal. Creusé à la main par des paysans réquisitionnés, le canal a ensuite bénéficié des progrès techniques et des machines à vapeur, beaucoup plus efficaces et rapides que la main humaine. L'expo présente une série de machines de l'époque. © Archives nationales du monde du travail (Roubaix)


L’expo revient sur les conditions de réalisation du canal dont les travaux commencent en 1859 pour s'achever officiellement en 1869, année de l'inauguration fastueuse de l'extraordinaire ouvrage d'art.

La main d’œuvre creuse à la main sous le régime de la corvée imposée par le vice-roi d’Egypte. Tous les mois, 25.000 paysans sont obligés de venir travailler sur le chantier. On ignore le nombre de victimes parmi les ouvriers. L’Egypte moderne a avancé le chiffre de 120.000 morts… La fin du chantier voit la suppression du régime de la corvée tandis que les premières machines commencent à remplacer les hommes.

Pour l'Egypte, le moment est d'importance. Il consacre sa quasi autonomie vis-à-vis du sultan de Constantinople et confirme le modernisme de Saïd Pacha qui va jusqu'à affirmer que son pays «n'est plus en Afrique mais en Europe». Alors que jusque-là, la mer Rouge était éclipsée par le recours au cap de Bonne Espérance pour rallier l’Asie, elle va retrouver de sa superbe grâce au Canal. Les Britanniques ne s'y trompent pas. Profitant des difficultés financières de l'Egypte, il rachètent les parts du pays dans la société du canal et en deviennent les propriétaires majoritaires grâce à différentes opérations financières. Pas question pour l'Empire de laisser la route des Indes sous le contrôle d'une puissance étrangère.

Couverture journal illustrant nationalisation Canal par Nasser

«Le canal nous appartient», affirme Nasser. Journal égyptien d'août 1956. © IDEO, Le Caire


Nasser nationalise la compagnie du canal en 1956
26 juillet 1956: coup de tonnerre dans le ciel tranquille du canal de Suez dont le trafic n’a cessé de croître au fil de la montée en puissance des échanges internationaux. De 486 passages en 1870, le trafic est monté à 14.666 navires en 1950… pour le plus grand bonheur des actionnaires de la voie d’eau. 
 
Mais l’époque est à la décolonisation douloureuse. Devant une foule enthousiaste d’Egyptiens réunis à Alexandrie pour fêter le quatrième anniversaire de l’abdication du roi Farouk, Nasser prononce un discours retentissant. Il affirme alors la pleine indépendance de l’Egypte par rapport aux puissances occidentales et il annonce la nationalisation du canal de Suez.
 
Pour illustrer cet épisode historique majeur, l’IMA propose des images assez rares de la déclaration du Raïs ainsi qu’un extrait de film égyptien qui met en scène la décision de la nationalisation, en partie provoquée par le refus des Etats-Unis d’aider au financement du projet de barrage d’Assouan. 
Comment les actualités de l'époque voyaient la décision de Nasser de nationaliser le canal de Suez


Cette décision a entraîné l’intervention militaire des Anglais, des Français et des… Israéliens! Une opération qui devra s’interrompre sous la pression des grandes puissances (Etats-Unis et URSS) qui forcent Anglais et Français à quitter le pays. La période coloniale ouverte notamment par le percement du canal reliant l’Europe à ses dépendances prend ainsi fin brutalement avec la montée en puissance des Etats non-alignés et le rôle désormais déterminant des deux grandes puissances.

Les Etats-Unis avaient symbolisé leur arrivée dans la région par la rencontre entre Roosevelt et Ibn Seoud sur un navire de guerre américain, le Quincy, dans les eaux du canal de Suez (14 février 1945). Quant aux Soviétiques, ils prennent pied en Egypte à cette occasion et aideront à la construction du barrage d'Assouan.

Le Canal ligre front israélo-égyptienne

1970. Le canal, vu de la rive occupée par les forces israéliennes. La voie d'eau, coupée lors de la guerre des Six-Jours en juin 1967, reste fermée jusqu'en 1975. © AFP


Les guerres israélo-arabes coupent le canal pendant huit ans
Pendant la crise de Suez, le canal a été coupé pendant une courte période. A partir de juin 1967, la fermeture de la voie maritime est beaucoup plus longue. Elle va durer quelque huit années. L’un des principaux axes du commerce mondial est ainsi paralysé, bouleversant notamment le transport des hydrocarbures qui reprennent la route autour de l'Afrique avec des super-tankers de 500.000 tonnes.

Tout cela à cause de la guerre des Six-Jours. En juin 1967, Israël mène une grande opération, qualifiée de préventive, contre les forces égyptiennes et envahit le Sinaï jusqu’aux rives du canal. A l’issue du conflit, l’Etat hébreu conserve la péninsule égyptienne et la rive orientale de la voie d'eau… qui reste bloquée. 
 
En octobre 1973, l'Egypte et la Syrie attaquent Israël par surprise, c'est le début de la guerre du Kippour. La zone du canal redevient une zone de combats. L'armée égyptienne franchit le canal et pénètre profondément dans le Sinaï avant que les forces israéliennes, après quelques jours, ne reprennent le dessus et franchissent la voie d'eau à leur tour. Une force de maintien de la paix de l'ONU est déployée jusqu'en 1974.
 
Après 15 mois de travaux, de déminage du canal et de ses abords, avec l'aide des marines américaine, britannique et française, le canal est officiellement rouvert le 5 juin 1975 par le président Anouar el-Sadate qui le descend de Port-Said à Ismaïlia. Le lendemain, le premier convoi franchit le canal vers la Méditerranée.

Paquebot dans canal Suez

Un paquebot traverse le canal sous l'unique pont à haubans qui franchit la voie d'eau en 2016. Au fil des années, celle-ci n'a cessé de se moderniser permettant de s'adapter à la taille toujours croissante des navires. On est loin des débuts de l'ouvrage.  © SOEREN STACHE / ZB / DPA


Sissi double le canal en 2015
Si l’Egypte est, dit-on, un don du Nil, son économie est en grande partie un don du canal. En 2008, le trafic enregistre un record absolu avec 21.415 traversées. En même temps, la taille des navires a considérablement augmenté. En 1870, le tonnage maximum des navires franchissant le canal était de 4414 tonnes. En 2008, alors que la voie d'eau n’a cessé de s’adapter, le tonnage maximum est passé à 240.000 tonnes. Avec quelque 20.000 bateaux par an (8% du commerce maritime mondial, 22% des conteneurs), les revenus du canal représentent (en 2013) quelque 20% du budget de l'Etat égyptien. Un porte-conteneurs de grande taille paye 800.000 dollars le passage.

Ce poumon économique est néanmoins sensible à la conjoncture mondiale. Et notamment au commerce international. La croissance du tonnage et du nombre de navires n'a cessé de grimper jusqu'en 2008 (et notamment les cinq dernières années avec une progression de 50%). La crise de 2008 a pesé sur les recettes du canal. Depuis, le trafic a repris avec moins de navires mais avec des vaisseaux de plus en plus imposants. Après un pic en 2008 (21.400 bateaux), la fréquentation se maintient autour de 17.000 navires par an mais avec un record en matière de tonnage du fait de la taille des bateaux. Cependant, l'Etat égyptien a souhaité diversifié les recettes de la zone du canal. En tentant d'y créer une «zone économique spéciale» qui, avec des avantages fiscaux, est supposée attirer des investisseurs internationaux. 

Pour faire face à la montée du trafic et à l’évolution des navires, le président Sissi qui s’est emparé du pouvoir en 2013 annonce l'année suivante son intention de doubler le canal afin de supprimer la circulation alternée des bateaux.

Le Canal vu l'espace

Le canal de Suez vu par le satellite Copernicus Sentinel-2A, 2017 On peut constater le doublement de l'ouvrage.  © DR


La nouvelle voie est inaugurée le 6 août 2015. Il faut désormais environ onze heures pour la parcourir. Les travaux, qui impliquent l'approfondissement et l'élargissement du canal existant sur 35 kilomètres ainsi que le creusement d'un nouveau canal de 37 kilomètres au niveau de la ville d'Ismaïlia sont chers, très chers (6,5 milliards d’euros). Mais d’ici 2023, le trafic et les revenus des droits de passage devraient doubler, passant de 5 à 13 milliards d’euros annuels... Même si certains considèrent ces chiffres comme très optimistes. 

L'exposition se termine sur une descente du canal filmé du pont d'un monstrueux porte-conteneur. Impressionnant.

«L'épopopée du canal de Suez»
Institut du Monde Arabe
jusqu'au 5 août 2018


Affiche l'Exposition

Affiche de l'Exposition sur le canal de Suez à l'Institut du monde arabe. © IMA

(Les éditions Gallimard, en collaboration avec l'IMA et le Musée d'Histoire de Marseille, publient à cette occasion le catalogue de l'exposition. Un ouvrage très complet et richement illustré de 150 pages, 2 euros)