Synthèse

Politique,  Somaliland,  Somalie,  Afrique

La liberté de la presse malmenée au Somaliland

Par Laurent Ribadeau Dumas (avec AFP)@GeopolisAfrique | Publié le 31/05/2018 à 11H54

Gardien prison au Somaliland
Gardien dans la prison de Hargesia, seconde ville de Somalie et capitale de l'autoproclamé Somaliland. Photo prise le 8 mars 2012. © SIMON MAINA / AFP

L'ONG Reporters sans frontières (RSF) a dénoncé le 29 mai 2018 l'arrestation de journalistes et la suspension de deux chaînes de télévision privées au Somaliland. Motif: la couverture de récentes manifestations et combats frontaliers au sud-est de cette république autoproclamée de la Corne de l'Afrique.


«Reporters sans frontières demande aux autorités de mettre fin à la répression qui vise des médias privés au Somaliland», a appelé l'ONG dans un communiqué. L'Union nationale des journalistes somaliens (NUSOJ) a, pour sa part, regretté des «actes visant à supprimer et intimider les médias indépendants».


Les autorités reprochent aux journalistes et aux chaînes de télévision leur couverture du conflit entre les forces du Somaliland et celles de l'Etat semi-autonome du Puntland (nord de la Somalie), dans une région désertique revendiquée par les deux camps. Laquelle est située entre les villes de Las Anod (Somaliland) et Garowe (Puntland).

Selon RSF, les autorités somalilandaises ont annoncé, le 29 mai 2018, la suspension des télévisions privées SBS et SOMNews. Ces dernières sont accuées d'être «impliquées dans des campagnes politiques et une guerre de propagande» pour leur couverture de récentes manifestations anti-somalilandaises à Las Anod.

Arrestations de journalistes
RSF dénonce également l'arrestation le 28 mai du journaliste de SBS, Mohamed Ahmed Jama Bidhanshe, alors qu'il couvrait une de ces manifestations. Ainsi que celle, la veille, du journaliste de Bulsho TV, Abdirahman Keyse Tungub, auteur d'un reportage sur l'exaspération des habitants de la région quant aux combats entre Puntland et Somaliland.


L'ONG rappelle par ailleurs la détention d'un journaliste pendant neuf jours en mai. Celui-ci avait affirmé sur Facebook que les habitants de la région de Sool, dont Las Anod est la capitale, soutiennent l'unité de la Somalie.

Le Somaliland s'est déclaré indépendant du reste de la Somalie en 1991. Il n'est officiellement reconnu par aucun pays. La Somalie est classée 168e, sur 180 pays, du classement de la liberté de la presse établi par RSF.