Portrait

Lettonie,  Europe

La Merkel lettone, Laimdota Straujuma, accède au poste de Premier ministre

Par Dominique Cettour-Rose (avec AFP)@GeopolisAfrique | Publié le 23/01/2014 à 17H06, mis à jour le 24/01/2014 à 01H12

Straujuma Lettonie
La nouvelle chef du gouvernement letton Laimdota Straujuma, après avoir été reçue par le Premier ministre sortant, le 22 janvier 2014, à Riga (Lettonie). © ILMARS ZNOTINS / AFP

Laimdota Straujuma, 62 ans, est la première femme à diriger le gouvernement letton. Comparée dans les médias à Angela Merkel, cette ancienne ministre de l'Agriculture s'est engagée à poursuivre la politique d'austérité de son prédécesseur. Membre de la zone euro depuis le 1er janvier 2014, la Lettonie (2 millions d’habitants) avait rejoint, en 2004, l'Union européenne et l'Otan.

Quand les médias locaux la comparent à la chancelière allemande, Laimdota Straujuma se dit «profondément flattée par la comparaison avec l'une des femmes les plus puissantes au monde». La presse souligne notamment une ressemblance physique, un âge comparable et une même expérience de jeunesse derrière le Rideau de fer.

«Mon gouvernement sera le gouvernement de la continuité», a-t-elle déclaré le 22 janvier 2014 au Parlement qui a approuvé son investiture (par 64 députés contre 27 et moins deux abstentions). Pendant les neuf mois qui restent jusqu’aux élections législatives d’octobre, cette mathématicienne de formation s'est engagée à maintenir le déficit public à 0,9% du produit intérieur brut. Elle entend ainsi poursuivre la politique d’austérité de son prédécesseur Valdis Dombrovkis qui a démissionné le 27 novembre 2013 après la mort de 54 personnes dans l'effondrement du toit d'un supermarché. 

Chargée par le président de la République de Lettonie, Andris Berzins, de former un nouveau gouvernement de coalition, Mme Straujuma s'appuiera sur quatre partis et six députés indépendants et disposera de 66 sièges sur 100 présents au Parlement (la Saiema).

«Compétente et estimée»
Mais pour les députés de l’opposition, la future équipe gouvernementale de centre droit est vouée à l’échec. La poursuite de la politique du précédent gouvernement «va tuer l’économie», a réagi Igors Pimenovs, député du Centre de l’Harmonie, parti pro-russe de gauche. Ministre de l’Agriculture sans étiquette depuis le 25 octobre 2011, Mme Straujuma a rejoint début janvier le parti letton Unité pour devenir sa candidate officielle.

En novembre 1999, cette ancienne consultante avait été nommée sous-secrétaire d’Etat du ministère de l’Agriculture, puis secrétaire d’Etat en octobre 2006. 

«Son principal atout est d'être compétente, très estimée par ceux qui ont travaillé avec elle auparavant, et qu'elle s'entend bien avec les gens. Sa principale faiblesse, c'est qu'elle n'est pas un politicien et peut être perdue lorsque les intérêts des partis politiques entrent en jeu», estime l'analyste politique Iveta Kazoka.

Mesures draconniennes
La Lettonie a été le pays européen le plus durement frappé par la récession en 2008-2009. C’est à coup de mesures draconiennes qu’il a réussi à sortir de la crise pour devenir le 18e membre de la zone euro au 1er janvier 2014. 

Dans cette ancienne République soviétique redevenue indépendante en 1991, il n'est pas rare que des femmes occupent de hautes fonctions. Vaira Vike-Freiberga, qui a été présidente de Lettonie entre 1999 et 2007, est considérée comme un des meilleurs chefs d'Etat de l'histoire du pays.

Si, comme le rappelle le journaliste Antoine Jacob sur son blog, une femme a déjà présidé le pays, «aucune n'a encore occupé la fonction de Premier ministre, qui concentre le gros du pouvoir exécutif dans ce pays».