LA PHOTO. Au Cameroun anglophone, une «sale guerre» qui prend de l'ampleur

Par Michel Lachkar | Publié le 07/05/2018 à 15H34

Les régions anglophones, longtemps délaissées économiquement, sont en butte à une féroce répression de l'armée camerounaise. Les autorités de Yaoundé ont toujours ignoré les aspirations culturelles et politiques de cette population anglophone. Une crise qui a dégénéré depuis un an en un conflit ouvert. Aux attaques des «séparatistes», l'armée répond par des liquidations et des village incendiés.

  • Un soldat l'armée camerounaise en faction dans ville anglophone Buea.
    Un soldat de l'armée camerounaise en faction dans la ville anglophone de Buea.

    Buea est le dernier endroit où les journalistes et les ONG internationales peuvent s'aventurer avec l'aval du gouvernement. Passé les faubourgs montagneux de «la capitale régionale», la situation sécuritaire ne permet pas de circuler. Hors de la ville, des hommes en armes contrôlent les voitures. «Si vous êtes un Camerounais francophone, un Français ou un militaire, vous êtes morts», affirme Matthias Ekeke, rapporteur de la Commission nationale des droits de l'Homme (CNDH). La France est accusée par les séparatistes de soutenir Yaoundé. © AFP PHOTO / ALEXIS HUGUET