LA PHOTO. Côte d'ivoire. Le trafic d’ivoire et d'écailles de pangolin continue

Par Eléonore Abou Ez | Publié le 29/01/2018 à 14H26

Grâce à l’aide d’Eagle, une ONG de défense de la nature, la police ivoirienne a traqué et arrêté des trafiquants appartenant à un réseau international. Plus d’une tonne d’ivoire d’éléphants et d’écailles de pangolins ont étés saisies ainsi que 400 objets sculptés. Malgré cette opération, la lutte contre le braconnage reste insuffisante.

  • Une nouvelle saisie d'ivoire oui mais...
    Une nouvelle saisie d'ivoire, oui mais...

    La loi ivoirienne reste peu dissuasive contre les trafiquants. Ils risquent seulement une peine d'emprisonnement ferme de trois mois à deux ans, avec une amende de 300.000 à 3 millions de francs CFA (450 à 4.500 euros). L'Unité de lutte contre la criminalité transnationale de la police ivoirienne réclame un durcissement des peines, selon le commissaire Adomo, qui l'estime nécessaire et demande davantage de moyens et d'équipements pour traquer les trafiquants. Les 600 kilos d'écailles saisies représentent le massacre de 3000 pangolins. Le mammifère est menacé d'extinction. Sa population a chuté de 50% en cinq ans en Côte d'Ivoire. © Sia Kambou/ AFP