LA PHOTO. Ethiopie: commémoration de trois jours de massacres en 1937

Par Laurent Filippi | Publié le 24/02/2018 à 12H29

En 1935, l’Italie envahit l’Ethiopie. Haïlé Sélassié Ier est renversé par les troupes du maréchal Rodolfo Graziani. Le 19 février 1937, deux jeunes résistants tentent de l’assassiner. En représailles, les troupes fascistes massacrent pendant trois jours des milliers de civils. De 10.000 à 20.000 personnes, selon les sources.

  • Anciennes combattantes seconde guerre italo-éthiopienne
    Anciennes combattantes de la seconde guerre italo-éthiopienne

    Le docteur hongrois Ladislav Sava, témoin de ces massacres perpétués par les Chemises noires, raconte: «Le sang coulait véritablement dans les rues. Des corps (…) gisaient absolument partout. Des flammes gigantesques de leurs maisons brûlées illuminaient la nuit.» Un autre témoin, l’ambassadeur éthiopien de Londres, ajoute: «La méthode consistait (…) à les massacrer sans distinction, au poignard, à la baïonnette, à la grenade à main, au gourdin, ou avec des pierres, et parfois seulement avec des armes à feu. On voyait des groupes de fascistes s’arrêter en camion et s’amusant à traîner de pauvres hommes d’un bout de la ville à l’autre jusqu’à ce que leurs corps tombent en morceaux.» En 1950, Graziani, «le boucher d’Ethiopie», est condamné à 19 ans de prison pour sa collaboration avec les nazis. Mais il ne purge que quelques mois avant d’être libéré. Il faudra attendre1989 pour qu’un journaliste de la BBC, Ken Kirby, réalise un documentaire sur ces événements. Dès sa première diffusion, la RAI groupe audiovisuel public italien, en achète les droits pour qu’il ne soit plus diffusé. «Le 19 février fait l’objet d’un programme mémoriel national qui participe de l’identité de l’Ethiopie depuis 1941. Les massacres qui ont suivi l’attentat manqué sont entrés dans la mémoire collective sous le nom de Yekatit 12, date du calendrier éthiopien qui correspond au 19 février», précise «Libération». © Stefanie Glinski / AFP