LA PHOTO. Ghana: Anas, le journaliste masqué qui traque la corruption

Par Laurent Filippi | Publié le 23/06/2018 à 12H02

Le journaliste ghanéen Anas Aremeyaw Anas apparaît toujours le visage masqué. Dans son dernier documentaire «Number 12», il a voulu dénoncer les activités de corruption des officiels de la Ghana Football Association. Il a piégé son président Kwesi Nyantakyi et des arbitres en leur proposant des millions de dollars. Ce reportage a entraîné la dissolution de la GFA et la démission de son président.

  • Comme d’habitude son visage est recouvert d'un voile perles.
    Comme d’habitude, son visage est recouvert d'un voile de perles.

    Si personne ne sait qui est Anas, il est considéré comme le «super-héros anti-corruption», explique Stacey Knott de l’AFP. Il s'est donné pour mission de sauver l'Afrique de ses pratiques «meurtrières».  Si ses méthodes d'enquête soulèvent de nombreuses critiques, et que ses dernières révélations ont poussé des militants du parti au pouvoir à appeler à ce qu’il soit «pendu», les Ghanéens le soutiennent totalement. En 2015, il avait mis à jour la corruption généralisée dans le système judiciaire de son pays. Depuis, une vingtaine de juges et de magistrats ont été limogés. Grâce à Anas, le journalisme d’investigation connaît un véritable renouveau en Afrique de l’Ouest, précise le «Media Presse». L’initiative West Africa Leaks, lancée conjointement par le Consortium international des journalistes d’investigation et treize journalistes de onze pays, a permis d’enquêter sur l’ampleur de l’évasion fiscale dans des pays qui comptent parmi les plus pauvres au monde. © Cristina ALDEHUELA / AFP