LA PHOTO. Les tensions en mer de Chine agitent toujours les Philippines

Par Laurent Filippi | Publié le 05/02/2016 à 17H44, mis à jour le 05/02/2016 à 18H08

Depuis près de 30 ans, Chine, Taïwan, Vietnam, Philippines, Malaisie et Brunei se déchirent au sujet d’un conflit territorial en mer de Chine méridionale. Pékin revendique la souveraineté sur la quasi-totalité de 700 îles, îlots et bancs de sable (Spratleys, atoll de Scarborough, Mischief, Triton Island…) riches en gaz, en pétrole et en une importante réserve halieutique.


  • Manifestation membres l'Akbayan parti l'action citoyenne philippin
    Manifestation des membres de l'Akbayan, parti de l'action citoyenne philippin

    Devant le consulat de Chine à Makati près Manille, le 5 février 2016, les Philippins ont profité de l’approche du nouvel an chinois (8 février) placé sous le signe du Singe, pour manifester leur mécontentement. Dès la fin des années 90, cette partie de l'Asie, qui génère un tiers du trafic maritime mondial, est considérée comme un des huit points chauds de la planète en matière de risque de conflit armé. Quand la Chine a intensifié la construction d'îles artificielles, les Philippines ont déclaré que son attitude pourrait déboucher sur un conflit militaire. Mais Pékin rejette en bloc cette idée et appelle les Philippins à «respecter la souveraineté territoriale de la Chine». Manille est le seul pays à avoir saisi la justice internationale en déposant un recours contre l'Empire du Milieu auprès de la Cour permanente d’arbitrage de La Haye. La Chine a boycotté la procédure et nié toute autorité à la Cour dans ce dossier.  © REUTERS / Erik De Castro