LA PHOTO. Niger: le mariage précoce des filles, un véritable fléau

Par Laurent Filippi | Publié le 31/10/2017 à 16H19

Cinq des six pays où le taux de mariage d'enfants est le plus élevé au monde se trouvent en Afrique de l'Ouest et du Centre. C’est au Niger que le phénomène est le plus répandu. Il touche d’abord les jeunes filles. Car si les garçons se marient en moyenne vers 24 ans, 76% des filles le sont avant leurs 18 ans, et 28% avant 16 ans, selon l’Unicef. Ce qui présente de nombreux risques.

  • Une jeune fille dans village reculé Hawkantaki au Niger.
    Une jeune fille dans le village reculé de Hawkantaki, au Niger.

    Au Niger, tradition et religion jouent un rôle très important dans l’organisation des mariages précoces où les filles sont considérées comme la propriété de leurs parents. La pauvreté est l’autre grand facteur qui explique cette pratique. Auparavant, ces mariages touchaient principalement les familles rurales défavorisées. De nos jours, les citadines ne sont pas épargnées. Le mariage d’une fille permet aux familles de toucher la dot du prétendant et de compter une bouche de moins à nourrir. Pour autant, ces jeunes filles, devenues mères, ne sortent pas du cercle vicieux de la pauvreté : elles quittent l’école et n’apprennent donc pas un métier. De plus, elles ne sont préparées ni physiquement ni psychologiquement à vivre un mariage précoce, et encore moins à connaître une maternité. Par ailleurs, une grossesse pendant la croissance peut avoir de graves conséquences pour la santé: fistules obstétricales, incontinences… Aujourd’hui, dans le monde, 700 millions de femmes sont mariées avant l'âge de 18 ans.  © Sipa / AP Photo / Jerome Delay