LA PHOTO. Nigeria: veillée à Lagos contre l'oubli des lycéennes de Chibok

Par Dominique Cettour-Rose | Publié le 19/04/2017 à 15H31, mis à jour le 19/04/2017 à 16H04

Le collectif «Bring Back Our Girls» a été lancé en 2014 pour ne pas oublier les lycéennes de Chibok. Sur 276 enlevées par Boko Haram, 195 sont toujours aux mains des islamistes. Critiqué pour son inaction, le pouvoir dit «travailler à leur libération» alors que des civils sont kidnappés et subissent les pires violences de la part d'une secte extrémiste devenue un mouvement djihadiste.

  • A Lagos 14 avril 2017
    A Lagos, le 14 avril 2017

    Dans la capitale économique du pays, des militantes de «Bring Back Our Girls» (Ramenez-nous nos filles) participent à une veillée en hommage aux lycéennes enlevées le 14 avril 2014, alors qu'elles étaient en train de passer leus examens. Trois ans après, la mobilisation autour de cet enlèvement de masse, relayé par des médias internationaux, des ONG, des personnalités, et à coup de hashtags #bringbackourgirls sur les réseaux sociaux, semble s'essouffler. A Abuja, la capitale fédérale, où le collectif est particulièrement actif, des arbres devraient être plantés à la mémoire des jeunes disparues. © Sunday Alamba/AP/SIPA