LA PHOTO. Sénégal: les femmes déchargent le sel raclé au fond du Lac rose

Par Dominique Cettour-Rose (avec Jeune Afrique) | Publié le 30/07/2017 à 12H43, mis à jour le 31/07/2017 à 10H23

Aller ramasser le sel au fond du Lac rose est une tâche épuisante effectuée désormais par plus d'étrangers que de Sénégalais. Ces derniers n'en pouvaient plus de racler une tonne de sel par jour, pour les plus performants, les pieds plongés jusqu'au torse dans les eaux chaudes du lac Retba (de son vrai nom) avec les effets corrosifs du sel sur la peau ou sur les voies respiratoires.


  • Au Sénégal à Sangalkam
    Au Sénégal, à Sangalkam,

    ce sont les femmes qui déchargent les barques remplies par les racleurs de sel à l'aide de bassines de 30 kilos qu'elles portent sur leur tête. La récolte annuelle atteint 60.000 tonnes consommées au Sénégal ou exportées jusqu'en Europe pour saler les routes. La «saison du sel» commence en mai pour finir en juillet, période où la partie Nord du lac Rose est la plus prolifique. Ces eaux sont célèbres pour leur couleur rose et leur taux élevé de salinité: plus de 350g de sel par litre, contre environ 275g pour la mer Morte et 30g pour l'eau de mer. Ce qui en fait, depuis les années 1970, un des plus gros sites d'extraction de sel en Afrique de l'Ouest. © CEMIL OKSUZ / ANADOLU AGENCY