LA PHOTO. Soudan du Sud: la paix affichée au sommet est-elle crédible?

Par Véronique le Jeune | Publié le 03/11/2018 à 13H47

Le 31 octobre 2018, le président sud-soudanais Salva Kiir et le chef rebelle Riek Machar, ce dernier de retour à Juba, la capitale, pour une journée après plus de deux ans d'absence, ont ensemble promis tout sourire d'œuvrer à la paix qui «est dans (leur) cœur». Mais, après cinq ans d'une guerre civile dévastatrice, bien des obstacles restent à surmonter sur le chemin de la réconciliation.

  • Poignée main cordiale lors d'une cérémonie pour paix à Juba
    Poignée de main cordiale lors d'une cérémonie pour la paix à Juba

    Cette nouvelle entente laisse les observateurs sceptiques car, pensent-ils, faire travailler ensemble MM. Kiir et Machar ne sera pas une mince affaire, leur coopération ayant toujours par le passé abouti au conflit avant le chaos. Entre eux, presque cinq années d'une guerre civile qui a fait 400.000 morts, selon une récente étude réalisée par des chercheurs britanniques. Triste baptême pour le plus jeune pays du monde, dont l'indépendance remonte à 2011 seulement. Pour preuve de sa bonne volonté, le lendemain des retrouvailles, le président Salva Kiir a tenu sa promesse en libérant deux proches de son ex-vice-président, devenu rebelle, Riek Machar. Son porte-parole et un conseiller, tous deux condamnés à mort en février 2018 pour trahison.   © PRESIDENTIAL PRESS UNIT - UGANDA / AFP