LA PHOTO. Soudan du Sud: trois ans d'une guerre des tranchées qui fait des ravages

Par Martin Mateso | Publié le 04/11/2016 à 10H51, mis à jour le 04/11/2016 à 11H13

Difficile de dresser un bilan des affrontements qui opposent les soldats du président sud-soudanais Salva Kiir et les miliciens de son vice-président Riek Machar. Les deux frères ennemis n’ont jamais réussi à cohabiter pacifiquement à Juba, la capitale. Le conflit a déjà fait des dizaines de milliers de morts. Plus de 200.000 déplacés vivent dans des camps de l’ONU à travers le pays.

  • Soldat dans tranchée à Lelo près Malakal 10 octobre 2016.
    Soldat dans une tranchée à Lelo, près de Malakal, le 10 octobre 2016.

    Malgré la présence d’une force onusienne de 13.000 hommes, personne ne semble en mesure d’arrêter le carnage. En juillet 2016, le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a limogé le commandant des Casques bleus au Soudan du Sud pour ne pas avoir su protéger les civils d’agressions sexuelles lors des violences dans la capitale Juba. Indépendant depuis 2011, le Soudan du Sud a basculé en décembre 2013 dans une guerre civile. L'archevêque de Juba, Paulino Lukudu Loro, estime que le pays a obtenu son indépendance sans avoir l'expérience nécessaire pour la gérer. «Nous sommes tombés dans le piège du tribalisme et de l'horreur ethnique et nous n'arrivons pas à en sortir», a-t-il déploré après avoir été reçu par le Pape François à la Cité du Vatican. Un accord de paix signé en août 2015 n’a jamais été respecté par les belligérants. © Photo AFP/Albert Gonzalez Farran