LA PHOTO. Soudan:al-Bachir, recherché par la CPI,ne veut plus d'armes au Darfour

Par Laurent Filippi avec AFP | Publié le 24/09/2017 à 13H05, mis à jour le 24/09/2017 à 18H28

Le président soudanais al-Bachir a demandé aux habitants du Darfour, région en guerre depuis des années, de rendre leurs armes. Le président, accusé de génocide et de crimes de guerre dans cette province de l’ouest du pays, est recherché par la Cour pénale internationale de La Haye. Mais il a toujours refusé de se rendre à la CPI car il affirme que le conflit est terminé.

  • Procession à Nyala capitale Darfour en l’honneur président Bachir
    Procession à Nyala, la capitale du Darfour, en l’honneur du président Bachir

    Les autorités de Khartoum veulent récupérer les armes détenues par les tribus du Darfour, y compris celles qui ont agi aux côtés des forces gouvernementales. «La sécurité est le point de départ si l'on veut du développement», a déclaré le président soudanais. «Nous sommes tous d'accord en principe pour les rendre mais le gouvernement doit d'abord expliquer pourquoi il a distribué des armes à des milices qui les ont utilisées contre certains groupes ethniques», a déclaré le groupe rebelle de l'Armée de libération du Soudan. Comme l’explique GéopolisAfrique: «Khartoum attend toujours la décision de Washington de lever l’embargo commercial et autres sanctions imposées au Soudan depuis 1997 en raison de son soutien présumé aux activistes islamistes, dont l’ancien chef d’Al-Qaïda, Oussama Ben Laden.» Certaines sanctions pourraient être levées mais sous certaines conditions dont celle de voir la fin des hostilités dans les provinces du Darfour. Le conflit a éclaté en 2003, quand des insurgés des minorités ethniques ont pris les armes contre Khartoum, aux mains de la majorité arabe, affirmant être marginalisés. Il a fait près de 300.000 morts et 2,5 millions de déplacés, selon l'ONU. © ASHRAF SHAZLY / AFP