Clap

Culture,  Canada,  Nigeria,  Afrique

La réalisatrice Genevieve Nnaji, actrice star de Nollywood, se dévoile à Toronto

Par Falila Gbadamassi@GeopolisAfrique | Publié le 03/09/2018 à 10H04

La comédienne Genevieve Nnaji au TIFF en 2013
Genevieve Nnaji, l'une des stars de Nollywood, au TIFF le 9 septembre 2013, lors de la projection du film du cinéaste nigérian Biyi Bandele, «Half of a Yellow Sun», adapté du livre de sa compatriote Chimamanda Ngozi Adichie.
© HUBERT BOESL/DPA

L'une des comédiennes les plus célèbres de Nollywood, Genevieve Nnaji, est désormais réalisatrice. Elle présentera son premier film, «Lionheart» au Festival du film de Toronto qui démarre le 6 septembre 2018. La cinéaste compte bien participer au récit des «fascinantes» histoires du continent africain qui «n'ont pas encore» été contées.


C'est au magazine américain Variety que la désormais réalisatrice nigériane Genevieve Nnaji a offert l'exclusivité de la bande-annonce de son premier film Lionheart. Il sera projeté, en première mondiale, dans la section Discovery, dédiée aux «réalisateurs à suivre», du Festival international du film de Toronto (TIFF) qui débute le 6 septembre 2018 au Canada. 

Egalement devant la caméra, la célèbre comédienne nigérianne incarne Adaeze, un jeune femme qui occupe une place de choix dans la hiérarchie de la compagnie de bus de son père, Lionheart Transport. Mais quand ce dernier tombe malade, c'est à son oncle qu'il confie les rênes de la société.

Mise en ligne le 24 août 2018

Pour sauver l'entreprise familiale, Adaeze devra gérer ce nouveau patron un peu encombrant et s'accomoder du sexisme ambiant. Geneviève Nnaji se retrouve dans la peau d'une femme d'affaires à l'écran, un rôle qu'elle a joué plusieurs fois dans la centaine de films «made in» Nollywood dont elle est créditée. Mais c'est bien la première fois, par contre, qu'elle tient aussi la caméra. 

«Lionheart est le début d’un voyage pour explorer et exprimer mon interprétation créative de la narration, en particulier des histoires africaines. L’Afrique possède les histoires les plus fascinantes qui n’ont pas encore été racontées, et nous sommes déterminés à les raconter à notre façon (...) au monde entier», a déclaré Geneviève Nnaji, rapporte Variety. 

Pour ses premiers pas de réalisatrice, la comédienne a choisi de partager l'affiche avec d'autres pointures de Nollywood. Elle évolue ainsi aux côtés du vénérable comédien nigérian Pete Edochie (qui joue son père), du tout aussi célèbre acteur comique Nkem Owoh (son oncle à l'écran) et d'une institution musicale qui prête souvent son talent au cinéma, Onyeka Onwenu (dans le rôle de sa mère). 

A Toronto, Geneviève Nnaji sera également au générique du film Farming (projété aussi dans la section Discovery) signé par un autre acteur qui fait ses débuts en tant que réalisateur, le comédien britannique d'origine nigériane, Adewale Akinnuoye-Agbaje.

Outre Lionheart, la section Discovery du TIFF accueille d'autres films de cinéastes africains comme Rafiki (présenté à Un Certain Regard et qui sort prochainement dans les salles françaises) de la Kényane Wanuri Kahiu, aKasha de la documentariste soudanaise Hajooj Kuka, Fig Tree de l'Ethiopienne Aäläm-Wärqe Davidian et The Mercy of the Jungle du Rwandais Joël Karekezi. 

Avec Lionheart, Genevieve Nnaji est de retour à Toronto où elle était, en 2016, l'une des personnalités invitées par le Festival dans le cadre de son programme City to city dédié à Lagos, la foisonnante capitale du Nigeria.