Et pendant ce temps...

Société,  Egypte,  Afrique

La statue du footballeur égyptien Mohamed Salah consterne ses fans

Par Jacques Deveaux@GeopolisAfrique | Publié le 06/11/2018 à 13H56

Mohamed Salah en action
Le footballeur égyptien Mohamed Salah  © AFP/Paul Ellis

Ça devait être une consécration. Le footballeur égyptien, attaquant de Liverpool, est statufié de son vivant. Bref, la gloire à 26 ans! Las, ses fans se moquent de cette œuvre ratée et cherchent désespérément où se loge la ressemblance. Décidément, les statues de footballeurs ont le mauvais œil. On a déjà connu un Ronaldo raté et un Zidane teigneux qui a fait polémique au Qatar.


Il a les bras écarté, célébrant un nouveau but. La statue a été dévoilée au Forum de la jeunesse qui se tient en Egypte, à Charm el-Cheikh jusqu’au 11 novembre 2018. Pour Mai Abdel Allah, l’artiste qui l’a réalisée, «Salah est un symbole d'excellence pour la jeunesse égyptienne».

Si la posture de Mo Salah est «footballitisquement parlante», crédible, l’artiste a en revanche fait peu de cas des proportions. L’attaquant est certes en short et en maillot, mais il est affublé de jambes d’enfant qui le font passer pour un hobbit. Et à propos de hobbit, un tweeto parle d’un «Mohamed Frodon Sacquet Salah».



Quant à la ressemblance de son visage, elle est l’objet de tous les commentaires moqueurs. Certains lui trouvent un air d'Edouard Baer, de Michel Berger ou de Michael Gregorio, au choix.

C’est quoi le problème avec les statues de footballeur interroge Over the bar

CR7...
Car en effet, les relations entre la sculpture et le foot semblent compliquées. Ainsi, comme le souligne Victor Eskander, le raté sur Mo Salah n’est pas une première. Et de renvoyer à un buste de Christiano Ronaldo pas vraiment réussi lui non plus. La statue de CR7 trône depuis mars 2017 dans le hall de l’aéroport de Madère, rebaptisé du nom de l’attaquant portugais. Elle est l’œuvre d’un artiste de l’archipel, Emanuel Santos.


Une autre statue de footeux a aussi fait couler beaucoup d’encre. Celle de Zinédine Zidane. Là, ce n’est pas la ressemblance ou la valeur artistique qui est en cause. Il s’agit du tristement célèbre «coup de boule» contre Marco Materazzi lors de la Coupe du monde 2006. «J'ai voulu montrer le côté sombre du héros, le goût du destin inéluctable et l'immédiateté retentissante d'un geste», explique au journal La Provence, le sculpteur Adel Abedemessed.

La statue «coup boule»
La statue du «coup de boule», oeuvre de Adel Abedemessed. © AFP/KENZO TRIBOUILLARD

La statue géante de cinq mètres de hauteur, d’abord installée sur la corniche de Dohah au Qatar, a été retirée suite aux critiques. La population y voyait l’apologie d’un comportement anti-sportif. D’autres ont mis en avant le caractère anti-musulman d’une représentation d’êtres vivants.

En France également, la statue a créé la polémique. Exposée à Beaubourg puis au festival d’Avignon, elle devait être installée dans la propriété de Dinard du milliardaire François Pinault, visible de tous. Il y a finalement renoncé suite aux remous que ce choix avait provoqués.