La toxicomanie en Afghanistan

Par Laurent Filippi | Publié le 10/01/2012 à 14H07, mis à jour le 25/10/2013 à 15H16

Les conflits armés de ces trois dernières décennies, les millions de réfugiés, le chômage et la culture sur place de l’opium ont accentué le problème de la drogue en Afghanistan. Les consommateurs sont de plus en plus nombreux.

  • Un travailleur afghan met en place panneau anti-drogue à Kaboul.

    Un travailleur afghan met en place un panneau anti-drogue à Kaboul.

    L'Afghanistan produit 90% de l'opium mondial, principalement dans le sud du pays, bastion des talibans.  

    © AFP PHOTO/ SHAH Marai

  • Un Afghan fume l'héroïne dans bâtiment détruit à Mazâr-e Charîf nord.

    Un Afghan fume de l'héroïne dans un bâtiment détruit à Mazâr-e Charîf (nord).

    8% de la population adulte afghane, entre 15 et 64 ans, consomment de la drogue régulièrement. Plus de 100 000 personnes sont dépendantes à l'héroïne.

    Beaucoup d'Afghans ont commencé à se droguer à l’intérieur des camps de réfugiés iraniens et pakistanais.

    © AFP PHOTO/ Qais Usyan

  • Un toxicomane à Kaboul.

    Un toxicomane à Kaboul.

    « Le problème de la drogue en Afghanistan ne se voit plus uniquement dans les rues de Moscou, Paris ou Londres », là où est consommée une partie de l'héroïne produite dans ce pays, a souligné Antonio Maria Costa, directeur de l'UNODC (Office des Nations unies contre la drogue et le crime)

    © AFP PHOTO/Mauricio LIMA

  • Des toxicomanes se droguent parmi ruines près palais présidentiel

    Des toxicomanes se droguent parmi des ruines près palais présidentiel

    La consommation d'héroïne s'est fortement accentuée dans toutes les grandes villes du pays.

    Rejetés et harcelés par la société, beaucoup errent dans les rues à la recherche de lieux où se cacher.

    Parmi les usagers du centre de Médecins du monde de Kaboul, 63 % sont sans abri, 78 % sans emploi.

    © AFP PHOTO/Mauricio LIMA

  • Dans usine désaffectée banlieue ouest Kaboul.

    Dans une usine désaffectée de la banlieue ouest de Kaboul.

    Beaucoup d'héroïnomanes échangent leurs seringues, ce qui accentue considérablement le facteur de risque de contracter le Sida et d'autres maladies transmissibles par le sang comme l’hépatite.

    © AFP PHOTO / Mauricio LIMA

  • Un jeune Afghan fume l'héroïne.

    Un jeune Afghan fume de l'héroïne.

    En échange d’argent ou de drogue, des jeunes se prostituent et acceptent des rapports sexuels non protégés. Soutenues par le ministère de la Santé publique, des ONG distribuent gratuitement des préservatifs aux consommateurs de drogues afin de lutter contre la propagation.

    © AFP PHOTO/MASSOUD Hossaini

  • Un toxicomane est pris en charge dans centre désintoxication à Kaboul.

    Un toxicomane est pris en charge dans centre de désintoxication à Kaboul.

    Les acteurs de la lutte contre le Sida préconisent, le dépistage anonyme et gratuit, des programmes d’échange de seringues, un accès aux traitements antirétroviraux et aux traitements de substitution par la méthadone plutôt que l'enfermement en maison de désintoxication ou en prison.

    © AFP PHOTO/Mauricio LIMA

  • Un homme fume l'opium aux côtés ses deux enfants.

    Un homme fume de l'opium aux côtés de ses deux enfants.

    Beaucoup d'adultes toxicomanes n'hésitent pas à faire consommer de la drogue à leurs enfants. « La prochaine génération d'Afghans risque d'être condamnée à une vie de dépendance. Une dépendance qui va croître exponentiellement puisqu'en Afghanistan, il y a au moins 6 enfants par famille », a mis en garde Antonio Maria Costa, le chef de l'agence onusienne pour la drogue et le crime.

    © AFP PHOTO / AHMAD Sardar

  • Arrestation trafiquants drogue à Herat ouest 30 août 2010.

    Arrestation de trafiquants de drogue à Herat (ouest) le 30 août 2010.

    Le trafic engendre la mise en place de réseaux mafieux. La corruption se retrouve à tous les niveaux de la société. De plus, la destruction de la cellule familiale entraîne exclusion et chômage qui ont un impact considérable sur l'économie afghane.

    © AFP PHOTO / Aref KARIMI

  • Des artistes afghans posent avec leurs créations 26 juin 2010.

    Des artistes afghans posent avec leurs créations le 26 juin 2010.

    Le 26 juin est la Journée internationale contre l'abus et le trafic illicite des drogues, journée initiée par l’ONU.

    © AFP PHOTO/Aref KARIMI