Vidéo

Chypre du Nord,  Chypre,  Europe,  Europes

LA VIDEO. Chypre, la réunification aura-t-elle lieu?

Par Jacques Deveaux@GeopolisAfrique | Publié le 22/11/2016 à 11H22, mis à jour le 27/01/2017 à 18H20

Manifestation pour paix à Chypre
Manifestation le 16 novembre 2016 dans la partie turque de Nicosie afin de réclamer la réunification de l'île. © AFP/Birol Bebek

42 ans après la partition de l'île entre Chypriotes turcs et Chypriotes grecs, les deux camps en pourparlers à Genève soufflent le chaud et le froid sur la réunification. Véronique le Jeune revient sur l'invasion du nord de l'île par l'armée turque et sur la guerre qui a suivi. Bilan: 4.000 morts et des centaines de milliers de déplacés. Question: existe-t-il un sentiment national chypriote?


Pour mettre fin à l'un des plus vieux conflits politiques au monde, le nouveau secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, est venu spécialement de New York pour présider le 12 janvier 2017, la première conférence multilatérale consacrée à Chypre, avec les trois «garants» de la sécurité de l'île: Grèce, Turquie et Grande-Bretagne.

Mais les échanges ont achoppé sur la présence militaire turque dans le nord de l'île méditerranéenne. Pour les Grecs, aucune solution ne sera trouvée sans le retrait total des 30.000 soldats turcs. Ankara a rétorqué par la voix du président Recep Tayyip Erdogan : «Nous allons rester là pour toujours».

La réunion d'un autre groupe de travail est prévue pour le 18 janvier, en vue d'une nouvelle session plénière de la conférence.

Rappel des faits historiques
Chypre obtient son indépendance du Royaume-Uni en 1960. Aussitôt, des incidents éclatent régulièrement entre les communautés turque et grecque. La communauté turque, soit 18% de la population, se sent méprisée par ses compatriotes grecs. Et le 20 juillet 1974, l'armée turque forte de 40.000 soldats débarque au nord de l'île.

«C'est quoi au juste»: Véronique le Jeune, Géopolis/franceinfo publié le 19 novembre 2016.

Aujourd'hui, les plaies ne sont pas toutes cicatrisées, même si les deux communautés acceptent l'idée de la réunification. Des familles grecques sont toujours à la recherche de leurs parents disparus, et 30.000 soldats turcs campent toujours côté Nord.