Vidéo

Colombie,  Amérique

LA VIDEO. Colombie, la paix avec les Farc, mode d'emploi

Par Jacques Deveaux@GeopolisAfrique | Publié le 02/10/2016 à 10H25, mis à jour le 03/02/2017 à 14H34

Fête pour paix à Bogota
La population de Bogota en Colombie est descendue dans la rue pour célébrer l'accord de paix entre le gouvernement et les rebelles des FARC. © AFP/Guillermo Legaria/AFP

Contre toute attente, le peuple colombien a rejeté les modalités de l’accord de paix avec les FARC. Le référendum du 2 octobre 2016 a donné une courte avance au «non» avec 50,21% des voix.Véronique le Jeune fait le point en images sur la fin d'un conflit qui a duré plus de 50 ans. Mais, on le voit, il reste encore beaucoup à faire pour pacifier le pays.


Des armes désormais devenues inutiles, on va fondre le métal et faire des œuvres d’art. Le symbole est fort pour marquer la fin du plus vieux conflit d’Amérique latine. Il aura provoqué la mort de 260.000 personnes, fait 45.000 disparus et déplacé près de 7 millions de Colombiens.
 
Le 9 avril 1948, Jorge Eliécer Gaitán, le très populaire leader du Parti libéral, candidat à l’élection présidentielle, est assassiné en plein centre de Bogota. Sa mort, déclenche une série d’émeutes sévèrement réprimées, connue aujourd’hui sous le nom de Bogatazo. Par la suite, des milliers d’hommes, issus des rangs libéraux et communistes, vont former une guérilla au centre du pays.

L’accord de paix tient dans un volumineux document de 300 pages, à la dimension du défi à relever. Il y a d’abord le retour à la vie civile de 7 à 10.000 combattants des FARC encore actifs. Les régions de la jungle colombienne où se réfugiaient les guérilleros seront divisées en 28 secteurs de regroupement. Il faudra Identifier les rebelles souvent sans papiers, collecter les armes et fournir des vêtements civils.

«C''est quoi au juste»: Véronique le Jeune, Géopolis/franceinfo publié le 1 octobre 2016.
 
De leur côté, les militants des FARC devront abandonner la lutte armée et revenir à la politique. En 2018, ils pourront se présenter aux élections. Pour l’instant, ils doivent se contenter d’un rôle d’observateur à l’Assemblée et au Sénat.
 
30 millions de Colombiens ont souffert de ce conflit, le pays accepte surement la paix. Mais les modalités de son application ne passent pas, et José Manuel Santos devra revoir sa copie.il a annoncé qu'il convoquerait lundi 3 octobre 2016 «toutes les forces politiques… afin de les écouter, d'ouvrir des espaces de dialogue et décider du chemin à suivre».