Le Cap: face aux gangs des townships, les habitants sont «prisonniers» chez eux

Par Véronique le Jeune (avec AFP) | Publié le 17/12/2017 à 09H20

A quelques kilomètres du centre touristique de la deuxième ville d'Afrique du Sud, le crime règne en maître absolu. Divers gangs se livrent une guerre sans merci, à laquelle la police échoue à mettre fin. Les habitants, fatalistes, sortent peu et se sentent «prisonniers dans (leurs) propres maisons». Parfois, ils paient de leur vie une simple promenade. Les criminels sont de plus en plus jeunes.

  • Les tristement célèbres Cape Flats entrelacs townships à l'est Cap.
    01 /08
    Les tristement célèbres Cape Flats, entrelacs de townships à l'est du Cap.

    Des quartiers pauvres peuplés de métis où, selon la presse locale, au moins 50 personnes sont mortes en quatre mois depuis août 2017. Les effectifs des bandes responsables de ces assassinats sont estimés à plus de 100.000 dans la province du Cap-Occidental. © Pieter BAUERMEISTER / AFP

  • Linge aux fenêtres policier prêt à tirer scène vie ordinaire à Manenberg
    02 /08
    Linge aux fenêtres, policier prêt à tirer: scène de la vie ordinaire à Manenberg

    Bien que très présente, la police n'arrive pas à imposer son autorité. Les criminels «sont bien plus malins que la police, bien mieux organisés», remarque Faldiela de Vries, cofondatrice d'une association de quartier de Manenberg, considéré comme l'un des champs de bataille les plus meurtriers de la guerre des gangs. Les autorités locales réclament l'intervention de l'armée pour ramener l'ordre. © Pieter BAUERMEISTER / AFP

  • Zaida 16 ans Keith 17 ans lycéens confrontés à proximité gangs
    03 /08
    Zaida, 16 ans, et Keith, 17 ans, des lycéens confrontés à la proximité des gangs

    Le cadre scolaire constitue en principe une protection car «le plus effrayant, souligne Faldiela de Vries, cofondatrice d'une association de quartier, c'est que les membres de ces gangs sont de plus en plus jeunes. Dans les années 1980, ils étaient plus mûrs, ils avaient dans les 30 ou 40 ans. Maintenant, ils recrutent des enfants».   © Rodger BOSCH / AFP

  • A tout hasard quelqu'un a tagué «Peace and Love» sur murs Manenberg.
    04 /08
    A tout hasard, quelqu'un a tagué «Peace and Love» sur les murs de Manenberg.

    . © Pieter BAUERMEISTER / AFP

  • Le «18 gangster museum» est initiative unique lancée en décembre 2016.
    05 /08
    Le «18 gangster museum» est une initiative unique lancée en décembre 2016.

    Son concepteur, Wandisile Nqeketho, est un jeune chef d'entreprise qui a grandi dans le township de Khayelitsha et qui a vu nombre de ses amis d'enfance sombrer dans le crime organisé.  © Rodger BOSCH / AFP

  • D'anciens criminels animent 18 gangster museum dans but pédagogique.
    06 /08
    D'anciens criminels animent le 18 gangster museum dans un but pédagogique.

    Aux yeux du créateur du musée, impliquer d'anciens gangsters signifie à la fois leur donner une activité et leur offrir la possibilité d'agir concrètement pour que d'autres ne suivent pas leur voie. Afin de donner du poids à leurs arguments, une cellule de prison a été reconstituée à l'intérieur du musée. © Rodger BOSCH / AFP

  • «Un couple abattu dans son sommeil» lit-on. La routine pour police.
    07 /08
    «Un couple abattu dans son sommeil», lit-on. La routine pour la police.

    Selon les dernières statistiques annuelles, près de 20% des meurtres recensés dans la province du Cap sont directement liés à l'activité des gangs qui se disputent le territoire des Cape Flats, notamment pour y contrôler le marché de la drogue.   © Pieter BAUERMEISTER / AFP

  • Une jeune femme reçoit soutien au Centre pour survivants violences.
    08 /08
    Une jeune femme reçoit du soutien au Centre pour les survivants de violences.

    Beaucoup d'habitants des townships ne peuvent vivre sans l'aide de professionnels de l'écoute. Ils ne voient pas d'issue à cette violence permanente. Pour le criminologue Don Pinnock, le mal trouve sa racine dans les inégalités économiques et sociales héritées du régime d'apartheid qui a pris fin en 1994. «Ces gangs sont redoutés mais aussi admirés par des jeunes en situation d'instabilité et privés de toute espérance sociale», estime ce chercheur de l'université du Cap. «Tant qu'il y aura un problème de pauvreté (...), cette criminalité sera difficile à éradiquer».   © Rodger BOSCH / AFP