Le point sur...

Economie,  République Démocratique du Congo (RDC),  Afrique

Le Congo accorde aux Chinois le droit d'abattre ses arbres

Par Jacques Deveaux@GeopolisAfrique | Publié le 22/02/2018 à 14H04

Manifestation contre concessions forestières en RDC
Manifestation contre les concessions forestières en RDC © Greenpeace

C’est un véritable serpent de mer qui refait surface. La concession de 6500 km² de forêt en République démocratique du Congo à deux entreprises chinoises. Une première fois autorisée puis annulée, cette exploitation du bois, selon ses adversaires, est illégale car contraire au code des forêts du pays.


Elles avaient été attribuées en 2015 et annulées en 2016. Le ministre congolais de l’Environnement, Amy Ambatobe, vient de les rétablir. «Les trois concessions rétablies le 1er février 2018 ont été attribuées aux compagnies d’exploitation forestière chinoises Fodeco et Somifor», dénonce l’ONG, toutes les trois dans le bassin du Congo. 650.000 hectares sont concernés.

Or, pour Greenpeace, ces concessions forestières sont illégales. En effet, en 2002, la RDC avait adopté un code forestier et décrété un moratoire  sur toutes les exploitations industrielles. A l’époque, il s’agissait déjà de mettre de l’ordre dans la gestion anarchique des forêts du pays. Un moratoire qui, au fil des ans, sera plus ou moins bien appliqué. Déjà en 2011, Greenpeace épinglait la RDC qui, selon l’ONG, «se complaît dans une sorte de chaos organisé».

Manifestation contre Sodefor en RDC

Manifestation contre Sodefor en RDC. © Greenpeace

Aussi, malgré l’annulation des concessions en 2016, l’ONG reste méfiante, sachant pertinemment que le moratoire peut de nouveau être violé. Elle veut aller plus loin que la simple annulation et réclame des sanctions contre les hommes politiques qui accordent ces concessions. Mais Greenpeace ne peut juste que constater que la justice congolaise n’est pas pressée d’agir à l’encontre de ses ministres.
 
Ainsi, la République démocratique du Congo se partage entre politique vertueuse et compromission. L’actualité semble montrer qu’elle est de nouveau tombée dans ses pires travers. Et pourtant, elle avait donné quelques gages de rigueur. En octobre 2017, Kinshasa s’était engagé dans le projet Initiative pour la forêt de l’Afrique centrale (Cafi). Un financement essentiellement norvégien de plus de 40 millions de dollars pour un plan d’action et de surveillance concret.

Le chaud et le froid
Curieusement, à en croire Greenpeace, le projet n’a pas empêché le gouvernement d’octroyer des concessions forestières. Ce dont s’étonne le directeur de l’ONG Rainforest foundation Norway, Lars Lovold: «Il est surprenant que des membres du gouvernement de RDC soient apparemment prêts à risquer l’annulation d’un accord total de 200 millions de dollars.» Ce pourrait d’ailleurs être un moyen de pression afin d’annuler les trois concessions, suggère Global Witness, une autre ONG.
 
Et que penser de l’attitude du ministre de l’Environnement Amy Ambatobe? Lui qui, en octobre 2017, à bord du bateau de Greenpeace, en appellait à la communauté internationale afin de défendre les zones sensibles du pays. Il parlait de ces fameuses tourbières découvertes il y a peu. 150.000 km² de marécages qui, selon les experts, stockent 30 milliards de tonnes de carbone. L’équivalent de trois années de rejet de combustible fossile sur toute la planète. Un centre unique de recyclage naturel menacé notamment par l’exploitation forestière.

Parmi ces menaces, les trois fameuses concessions accordées aux Chinois qui empiètent sur ces zones humides. Des concessions accordées par le ministre Amy Amatobe…