Clap

Société,  Algérie,  Afrique

Le football algérien sanctionné après des slogans pro-Saddam Hussein

Par Pierre Magnan@GeopolisAfrique | Publié le 24/09/2018 à 10H06

Club l'USMA algérie
Capture écran du site officiel de l'USMA © USMA

L’affaire provoquée par les chants de supporters de foot algérien en faveur de Saddam Hussein continue de faire des vagues. Outre les protestations diplomatiques de Bagdad (l’ambassadeur algérien s’est vu convoquer par le ministère des Affaires étrangères irakien), l’l'Union des associations arabes de football (UAFA) a décidé de condamner le club algérien USMA à une amende de 150.000 dollars.


L’affaire remonte au 9 septembre 2018. Ce jour-là, pendant le match USM Alger-Forces aériennes d’Irak, des chants pro-Saddam Hussein sont entonnés par des supporters algériens. «Le match en question, qui s’est déroulé dans le cadre du championnat arabe de football, a été arrêté après que les joueurs irakiens ont quitté le stade de Bologhine, en signe de protestation contre le slogan "Allah Akbar Saddam Hussein", scandé par des supporteurs de l’USMA», raconte El Watan.

Pour les supporters de l’USMA (Union sportive de la médina d'Alger), l’affaire prend trop d’ampleur. Le responsable des supporters du club explique à Jeune Afrique«Nous n’avons pas insulté le peuple irakien, nous respectons ce peuple. Ces chants constituent l’âme de notre club. Nous avons toujours été très politisés. Nos hymnes parlent de Che Guevara, de Ben Laden, de George Bush et même de Bouteflika. Il nous est aussi arrivé de scander des slogans à la gloire de Kadhafi lors d’une rencontre contre une équipe libyenne, sans que cela ne pose problème. Nous n’avons pas de tabou. C’est aussi cela l’ambiance dans les gradins. Ce sont des espaces de liberté, et tout est bon pour déstabiliser l’adversaire!» 

Selon ce responsable, «ce même club irakien a joué contre une formation jordanienne, pour le compte de la Coupe d’Asie. Le public jordanien a scandé les mêmes paroles, et ils n’ont pas arrêté le match pour autant. Je trouve que c’est quand même curieux! Pour moi, toute cette histoire est une manière de justifier leur défaite et de rentrer en héros en Irak.» Lors de leur départ du stade, les joueurs du club irakien étaient menés au score.

Le club irakien aussi sanctionné
Le média en ligne algérien TSA a une autre vision de cet incident: «Des slogans obscènes portant atteinte aux chiites, majoritaires en Irak, ont également été scandés par les supporters usmistes. Il est probable que le retrait des joueurs irakiens ait été motivé plus par cette dernière provocation que par l’acclamation de Saddam Hussein par les Usmistes.»

Cette affaire dans laquelle le club irakien aurait aussi été sanctionné d'une amende de 100.000 dollars pour avoir arrêté le match (selon Algerie Patriotique) montre le poids des clubs de supporters dans le monde du football arabe.

Une autre affaire avait provoqué un quasi incident diplomatique entre l'Algérie et l'Arabie Saoudite en raison de la présence dans un stade algérien d'une banderolle associant Donald Trump et le roi d'Arabie dans la décision américaine de déplacer son ambassade de Tel Aviv à Jérusalem en décembre 2017

Le stade est l'un des rares lieux de manifestation et de contestation accepté par les pouvoirs en place. Dans son dernier livre, J’ai couru vers le Nil, l'auteur égyptien Alaa al-Aswany rend ainsi hommage aux Ultras, un club de supporters, et à leur rôle dans la révolution de 2011. Reste à savoir si les cris des supporters de l'USMA sont de même nature.