Eclairage

Société,  Afrique

Le protestantisme, seconde religion d'Afrique, a 500 ans

Par Jacques Deveaux@GeopolisAfrique | Publié le 31/10/2017 à 17H12

Temple évangéliste au Kenya
Temple évangéliste au Kenya © Philippe Lissac / Godong / Photononstop

Le protestantisme a 500 ans, et en Afrique c’est même la seconde religion derrière l’islam, et devant le catholicisme. Très influencées par les racines anglo-saxonnes de ses origines, Eglises pentecôtistes et évangéliques sont même en plein essor sur le Continent, cinq siècles après le début de la Réforme.


Le 31 octobre 1517 est le point de départ de la Réforme. C’est le jour où le théologien allemand Martin Luther diffuse ses «95 thèses», une critique sans concession des dérives de l’Eglise de Rome, comme la vente des indulgences.

On ne s’y attend guère, tant l’image des pères blancs catholiques évangélisant le continent est forte. Mais le protestantisme arrive devant l’Eglise catholique en Afrique. Selon des chiffres datant de 2010, l’Afrique subsaharienne comptait alors 63% de chrétiens dont 36,6% de protestants. Chez ces derniers, les Eglises pentecôtistes et évangéliques sont en très forte progression, nous dit La Croix.
 
Selon le journal, la part des protestants dépasse les 50% dans douze pays d’Afrique subsaharienne. Et ils sont majoritaires dans 20 pays. La carte couvre l’est et le sud du continent. La plus forte proportion se rencontre au Swaziland (82%). En Afrique de l’Ouest, le protestantisme est peu représenté, à l’exception des pays issus de la colonisation britannique (Ghana, Nigeria) ou du Liberia, pays fondé par d'anciens esclaves américains.

A la recherche du Négus
Très tôt, les protestants commencent l’évangélisation du continent, et cela passe par l’Ethiopie. Le pays présente notamment l’intérêt d'avoir des racines bibliques. Il y circule le mythe, véhiculé dès le XI ème siècle, d’un Eldorado, voire même d’un «paradis terrestre». Il est gouverné par un roi: le Négus. Ce royaume existait bien, même s'il n'était que terrestre, et avec lui une Eglise orthodoxe d’Ethiopie.

Abuna Mathias patriarche église orthodoxe d'Ethiopie
© Minasse Wondimu Hailu / ANADOLU AGENCY

«Les protestants s’intéressaient au destin de l’Église orthodoxe d’Éthiopie, bastion ayant bloqué l’avance musulmane en Afrique orientale, mais devenue elle-même apparemment inapte à évangéliser en profondeur les populations non chrétiennes environnantes»,, explique l'universitaire Marc Spindler. L’Eglise protestante a beau être toute fraîche, dès le début du XVII ème siècle, apparaissent les premiers missionnaires.
 
Evangélisation protestante à l’est
L’Ethiopie est une base royale pour évangéliser tout l’est africain, le long de l’océan Indien. C’est un pasteur allemand, Johann Ludwig Krapf, qui en 1848 et 1849 va évangéliser le Kenya et, accessoirement découvrir le Kilimanjaro et le mont Kenya. «L’idée était d’ouvrir des postes missionnaires permanents, si possible selon une stratégie réfléchie orientée sur deux axes, l’un est-ouest traversant la zone sahélienne de l’Afrique par une chaîne de stations, l’autre nord-sud allant de la Palestine aux sources du Nil», écrit Marc Spindler.

La grande colonisation occidentale va faire le reste. Les Eglises suivront les routes ouvertes par les armées colonisatrices. Angola, Mozambique, Gabon et Congo deviendront catholiques. Afrique du Sud, Zimbabwe, Kenya, etc, seront majoritairement protestants.

Ainsi, au fil du temps, l’Afrique subsaharienne est devenue l’une des régions les plus religieuses du monde. Dans de nombreux pays à travers le continent, environ neuf personnes sur dix ou plus, affirment que la religion occupe une place très importante dans leur vie. explique le PEW Research Center.