Eclairage

Pologne,  Europe

Les chars américains réveillent la Guerre froide en Pologne

Par Jacques Deveaux@GeopolisAfrique | Publié le 01/02/2017 à 09H30, mis à jour le 01/02/2017 à 09H30

Un char américain à l'exercice en Pologne
Un char américain à l'exercice en Pologne. © Army photo by Staff Sgt. Micah VanDyke

La tension en Europe de l’Est va-t-elle retomber avec l’arrivée de Donald Trump? Sous l’ère Obama, l’Amérique a renforcé fortement les moyens militaires de l’Otan. La Pologne et les pays baltes le réclamaient. Mais Trump veut normaliser les relations avec la Russie et faire tomber la tension.


Il y a comme une ambiance de Guerre froide dans l’est de l’Europe. Les Etats-Unis y déploient 4000 hommes et 2500 véhicules. Un soutien à l’Otan qui, depuis l’annexion de la Crimée par la Russie en mars 2014, a renforcé sa présence en Pologne et dans les Etats baltes, inquiets de l’attitude de leur voisin russe.
 
Depuis trois ans, l’US Army ne disposait plus d’aucune unité blindée permanente en Europe. Le retour des chars M-1 Abrams (87 au total) en dit long sur le coup de froid des relations américano-russes. L’enveloppe accordée au Pentagone en 2017 pour financer cette opération se monte à 3,4 milliards de dollars, près de cinq fois plus qu’en 2016.
 
Autant dire que le matériel n’a pas fini d’arriver en Europe. Selon la télé russe RT, l’armée américaine a également en projet de déployer 50 hélicoptères Black Hawk et 10 hélicoptères CH-47 Chinook, 24 hélicoptères Apache et 2200 militaires.
 

Vidéo RT mise en ligne le 9 janvier 2019

«Sachez que notre engagement est solide comme du roc», a déclaré le lieutenant général Timothy M.Ray, commandant adjoint des troupes américaines en Europe. «Nous garantirons l’intégrité territoriale de notre alliance et nous maintiendrons une Europe libre prospère et en paix.» Un discours prononcé le 30 janvier en Pologne, lors de l’installation officielle de la 3e brigade blindée.
 
De quoi rassurer un allié polonais qui ne fait guère confiance à l’Union européenne pour le défendre, et réclame depuis longtemps un engagement américain. Le président polonais Andrzej Duda a d’ailleurs parlé de «moment historique», se félicitant de la présence physique des soldats américains. L’ambassade de Pologne aux Etats-Unis cite les propos tenus par le Lieutenant-général Frederick Hodges, commandant des forces américaines en Europe :

«La Pologne va devenir le centre de gravité pour les opérations de l’US Army en Europe»

 
Quel avenir avec Trump ?
Ce déploiement a été engagé par Barack Obama. Qu’en sera-t-il avec Donald Trump? Le nouveau président a régulièrement fait part de sa volonté d’améliorer les relations avec Vladimir Poutine. Dans le même temps, Trump a été très critique vis-à-vis de l’Otan, considérant que l’organisation était obsolète. «D’une part, selon lui, l’organisation n’a pas su lutter contre le terrorisme; d’autre part, les Etats membres ne paient pas leur quote-part supposée», écrivions-nous le 18 janvier.

Une méfiance qui pourrait mettre un terme au réarmement américain en Europe.