Les Jeux indigènes d’Amérique du Sud, un événement haut en couleurs

Par Laurent Filippi | Publié le 15/11/2013 à 13H49, mis à jour le 15/11/2013 à 13H49

Avant la coupe du Monde de football 2014 et les Jeux Olympiques de 2016, a lieu du 9 au 16 novembre 2013 les XIIe Jeux des Peuples indigènes. Cet événement très peu relayé par les grands médias se déroule dans la ville de Cuiaba, au Brésil.

30 photos illustrent ce propos.

  • Le 8 novembre cérémonie d’ouverture
    01 /30
    Le 8 novembre, cérémonie d’ouverture

    Si la torche n’a pas été envoyée dans l’espace comme pour les jeux de Sotchi, elle reste le symbole des Jeux.   © REUTERS / Paulo Whitaker

  • Le public assiste à cérémonie l'allumage Feu sacré
    02 /30
    Le public assiste à la cérémonie de l'allumage du Feu sacré

    Ce n’est que depuis 2012 que les populations indigènes peuvent de nouveau assister aux jeux, car Waldez Góes, le gouverneur de l’Amapá, un Etat du Nord du pays, avait mis fin à leur existence lors de son mandat entre 2003 et 2010. © REUTERS / Paulo Whitaker

  • Le feu sacré est béni par chamans
    03 /30
    Le feu sacré est béni par les chamans

    Camilo Capiberibe a rétabli ces jeux dès son arrivée à la tête l'Apama. Les jeux avaient été créés en 1995 par son père, Joao Capiberibe, alors lui-même gouverneur de la région avec l’aide du Comité intertribal du Brésil indien (organisation d'inclinaison politique indigène née en 1991). © WILLIAM VOLCOV / BRAZIL PHOTO PRESS

  • Après feu sacré
    04 /30
    Après le feu sacré,

    les feux d’artifices clôturent la cérémonie d’ouverture. © REUTERS / Paulo Whitaker

  • La délégation brésilienne lors défilé d’ouverture
    05 /30
    La délégation brésilienne lors du défilé d’ouverture

    48 peuples sur les 239 vivant au Brésil sont représentés. Au total, 1500 athlètes de 17 pays participent à l’événement. © REUTERS/Paulo Whitaker

  • Des danseurs Kuikuro
    06 /30
    Des danseurs Kuikuro

    Lors de l’ouverture des Jeux, les forces divines de la nature sont sollicitées. Les athlètes leur demandent protection. La manifestation a aussi un caractère spirituel. © REUTERS/Paulo Whitaker

  • Tribu Paresis
    07 /30
    Tribu des Paresis

    Comme pour beaucoup de tribus, la danse, les chants et la musique font partie de leur culture. © REUTERS / Paulo Whitaker

  • Au-delà folklore
    08 /30
    Au-delà du folklore,

    c’est aussi un moyen d’attirer l’attention sur les cultures menacées et les problèmes liés à la déforestation de la forêt amazonienne. © AFP PHOTO / CHRISTOPHE SIMON

  • Chacun s'est mis sur son trente--un
    09 /30
    Chacun s'est mis sur son trente-et-un

    Les tribus portent haut les couleurs de leurs clans   © REUTERS / Paulo Whitaker

  • Recueillement concentration
    10 /30
    Recueillement et concentration

    Des hommes de la tribu Xoco Kariri prient avant les compétitions. © AFP PHOTO / Christophe Simon

  • «O importante não é competir e sim celebrar»
    11 /30
    «O importante não é competir, e sim, celebrar»

    «L’important n’est pas de concourir mais de célébrer», rappelle la fameuse phrase prononcée par Pierre de Courbertin, restaurateur des JO en 1908, qui définit l'idéal olympique : «L'important dans la vie, ce n'est pas le triomphe, mais le combat. L'essentiel, ce n'est pas d'avoir vaincu, mais de s'être bien battu.» © AFP PHOTO / CHRISTOPHE SIMON

  • Les premières épreuves
    12 /30
    Les premières épreuves

    Partager leurs croyances, leurs cultures et leurs traditions renforce la fraternité entre les différentes tribus. © Vanessa Carvalho / Brazil Photo Press

  • Les archers en lice
    13 /30
    Les archers en lice

    Trente disciplines athlétiques sont représentées pour des épreuves se déroulant sur des terrains omnisports. © WILLIAM Volcov / BRESIL PHOTO PRESS

  • Un Terena prend part à compétition tir à l'arc
    14 /30
    Un Terena prend part à la compétition de tir à l'arc

    Cette tribu a lancé l’idée de ces jeux, il y a une quinzaine d’années. © AFP PHOTO / Christophe Simon

  • Les Bakairi
    15 /30
    Les Bakairi

    Puis vient le tour des femmes de la tribu des Bakairi pour l’épreuve de tir à la corde. © AFP PHOTO / Christophe Simon

  • Les hommes Umutina
    16 /30
    Les hommes des Umutina

    participent à leur tour à cette épreuve. Dix athlètes de chaque côté d'une corde s’affrontent sur cent mètres. © REUTERS / Paulo Whitaker

  • Les supporters Umutinas
    17 /30
    Les supporters Umutinas

    Ils assistent aux épreuves dans le calme. © REUTERS / Paulo Whitaker

  • Un Pataxo vise sa cible à 30 mètres
    18 /30
    Un Pataxo vise sa cible à 30 mètres

    Le tir à l'arc est réservé uniquement aux hommes. C’est un sport de chasseurs. © REUTERS / Paulo Whitaker

  • Course Tora pour femmes Krao
    19 /30
    Course de Tora pour les femmes Krao

    Lors de ce relais, le témoin n’est pas un bâton, mais une bûche de 20 kilos, 30 pour les hommes. © REUTERS / Paulo Whitaker

  • Peut-être futur champion
    20 /30
    Peut-être un futur champion

    Ces jeux ont pour vocation de transmettre aussi aux plus jeunes les savoirs traditionnels. © AF Vanessa Carvalho / Brésil Photo Press

  • ​Un Aknomepa au lancer javelot
    21 /30
    ​Un Aknomepa au lancer de javelot

    Comme pour le tir à l’arc, cette épreuve est réservée aux hommes. © AF Vanessa Carvalho / Brésil Photo Press

  • Les Enawene Nawe préparent leurs javelots
    22 /30
    Les Enawene Nawe préparent leurs javelots

    Ce peuple de pêcheurs et de cueilleurs vit dans le Mato Grosso, au Brésil, une région très fortement touchée par la déforestation. © AF Vanessa Carvalho / Brésil Photo Press

  • Les femmes tribu Enawene Nawe
    23 /30
    Les femmes de la tribu des Enawene Nawe

    sont venues supporter leurs maris. © Vanessa Carvalho / Brazil Photo Press

  • Médaille d’or
    24 /30
    Médaille d’or ?

    Absolument pas. Le but de cette manifestation n’est pas la compétition et encore moins de remporter des médailles, mais de renforcer l'identité culturelle des peuples indigènes.  © Vanessa Carvalho / Brazil Photo Press

  • Attention aux cailloux dans sable
    25 /30
    Attention aux cailloux dans le sable,

    car la course à pieds nus fait partie des épreuves. © Vanessa Carvalho / Brésil Photo Press

  • Les Pareci
    26 /30
    Les Pareci

    pratiquent une danse rituelle avant de jouer au football. © AFP PHOTO / Christophe Simon

  • Mais xikunahity est football joué avec tête
    27 /30
    Mais le xikunahity est un football joué avec la tête

    Les matchs se disputent en deux parties de vingt minutes, car ce sport est extrêmement populaire et les matchs très nombreux. De plus, en raison de la chaleur écrasante, il serait difficile de jouer plus longtemps. © AFP PHOTO / Christophe Simon

  • Les Matis
    28 /30
    Les Matis

    tirent à la sarbacane sur cible à 5 mètres. © AFP PHOTO / Christophe Simon

  • Fin partie
    29 /30
    Fin de partie

    Dans la soirée, les épreuves se terminent, laissant les spectateurs ravis. © AFP PHOTO / Christophe Simon

  • Après l’effort
    30 /30
    Après l’effort,

    les activités normales reprennent. © REUTERS / Paulo Whitaker