Eclairage

Syrie,  Irak,  Moyen-Orient

Les Kurdes reprennent Sinjar à l’Etat islamique, Assad enregistre des victoires

Par Mohamed Berkani avec agences@GeopolisAfrique | Publié le 13/11/2015 à 11H47, mis à jour le 13/11/2015 à 15H42

Sinjar
La ville de Sinjar a été reprise par les peshmergas kurdes © SAFIN HAMED / AFP

Les forces kurdes d’Irak sont entrées à Sinjar, ville stratégique pour les djihadistes de l’Etat islamique. Objectif : couper la route d’approvisionnement à Daech. En Syrie, l’armée de Bachar al-Assad enregistre ses premières victoires.

Les opérations ne sont pas coordonnées. En Irak, les forces kurdes, soutenues par l'aviation de la coalition internationale, ont repris ce vendredi 13 novembre 2015 Sinjar au groupe Etat islamique (EI), une ville située sur un axe stratégique pour les djihadistes reliant l'Irak à la Syrie.
 
Le choix de cette attaque est stratégique : couper la route qui permet à l'EI de faire circuler matériel et hommes entre les deux pays où le groupe contrôle de vastes territoires. 7.500 peshmergas étaient engagés dans la bataille. Les forces kurdes ont réussi, la veille, à reprendre de nombreux villages au nord de Sinjar.

Bombardement de la ville de Sinjar avant sa prise par les Kurdes le 12 novembre 2015. Images AFP vidéo.
 
Les peshmergas kurdes avaient déjà tenté sans y parvenir de reprendre Sinjar en décembre 2014. Sa reconquête permet ainsi aux Kurdes de recouvrer la majorité de leur territoire perdu dans l'offensive djihadiste du mois d'août 2014.

 
La bataille de Ramadi
L’Etat islamique doit aussi faire face à un autre front. Les forces gouvernementales irakiennes semblent mieux positionnées que jamais pour lancer une offensive finale contre les combattants de l’EI qui contrôlent Ramadi depuis mai 2015. Le siège dure depuis plusieurs mois. L’assaut final des forces gouvernementales a été reporté maintes fois à cause de l’impréparation de l’armée régulière.

 
La reprise de Ramadi, à 120 km de Bagdad, se fait sans le concours des «comités de mobilisation populaire», des miliciens chiites qui ont joué un rôle clé à Tikrit et à Baïdji. Préoccupée par l'influence grandissante de ces milices soutenues par Téhéran, l'armée américaine s'est efforcée de les tenir à l'écart des théâtres d'opération où la coalition est active.   
 
Les premiers succès de l’armée de Bachar al-Assad
Les frappes russes ont permis aux forces du régime syrien de gagner du terrain. L’armée de Bachar al-Assad s’est emparé ce jeudi (12 novembre 2015) d’al-Hader, un fief des rebelles, situé au sud d’Alep. Il s'agit de la deuxième victoire significative des forces du régime en 48 heures, dans la région. Mardi, elles avaient brisé un siège de deux ans de  l'aéroport de Kweires.
 

Pour les experts militaires américains, l’heure du choix militaire est arrivée pour l’Etat islamique. L’étau vise à priver d’approvisionnement en matériel et en hommes Daech. Tous les regards sont tournés vers Mossoul, «capitale du califat».