Clap

Liban,  Israël,  Moyen-Orient,  Chypre,  Europe

Les mariages civils interdits en Israël et au Liban sont célébrés à Chypre

Par Eléonore Abou Ez@GeopolisAfrique | Publié le 18/01/2017 à 14H23, mis à jour le 18/01/2017 à 14H23

Un israélien prend pose à Chypre
Un couple israélien prend la pose après le mariage civil à Larnaca sur l'île de Chypre en 2013 © AFP/Yiannis Kourtoglou

Chaque année, des centaines de couples venus d’Israël, du Liban ou d’autres pays du Proche-Orient se marient sur l’île de Chypre. Il s’agit pour la plupart de couples mixtes ou athées qui ne peuvent ne pas s’unir légalement dans leur propre pays où le mariage civil n’existe pas.


Ali, 27 ans et Rita 24 ans vivent au Liban. Ils s’aiment depuis deux ans et ont décidé de se marier. Le problème, c’est qu’il est musulman chiite et elle, chrétienne maronite. Dans leur pays, cette union mixte n’est pas prévue par la loi. Le seul mariage possible est religieux. Il faut donc choisir entre le curé, le cheikh ou… un maire hors du Liban.
 
«Les mariages mixtes étaient rares»
«Je n’avais pas envie de changer de religion, alors on a choisi de se marier ailleurs», raconte à Géopolis Rita qui se prépare à célébrer son mariage à Chypre. Son fiancé ne voulait pas non plus se convertir et se dit frustré de devoir quitter son pays pour pouvoir célébrer son mariage. «Pendant la guerre, les Libanais ne se mélangeaient pas, les mariages mixtes étaient rares mais aujourd’hui, nous vivons tous ensemble… on ne va pas demander à l’autre s’il est chrétien ou musulman pour savoir si on peut tomber amoureux et se marier.»

Le Liban compte près de 18 communautés différentes et le mariage civil y est toujours interdit.
 
Un voyage pour un certificat de mariage
Les couples mixtes ou athées ont en revanche la possibilité de se marier civilement à l’étranger. Chypre est leur destination préférée: 45 minutes de vol et le tour est joué. Ils rentrent chez eux avec leur certificat de mariage qui est reconnu par les autorités libanaises. C'est même devenu un bon filon pour les agences de voyage qui proposent des vols avec pour thème le mariage civil.

Malgré cela, les instances religieuses chrétiennes et musulmanes s’opposent farouchement à la légalisation du mariage civil pour ne pas perdre leur influence. Ce sont elles qui contrôlent depuis toujours les mariages, les divorces et les questions d’héritage.

Une affiche publicitaire au Liban

Une affiche publicitaire à Jounieh, au nord de Beyrouth, pour un mariage civil à Chypre. © AFP/ Joseph Eid


En Israël aussi…
L’Etat hébreu refuse lui aussi l’union civile à ces citoyens. Une interdiction qui pose problème pour les couples mixtes ou athées, mais aussi pour les nouveaux immigrants considérés comme juifs par l'Etat dans le cadre de la loi du Retour (elle accorde la citoyenneté aux descendants de juifs). «Selon la loi religieuse, un individu est considéré comme juif seulement s’il est né d'une mère juive. Par conséquent, quelque 300.000 immigrants, juifs selon l'Etat mais pas pour les autorités religieuses, sont dans l'impossibilité de se marier en Israël», relève I24.

Face à ces difficultés, des centaines de couples choisissent chaque année de se rendre sur l’île de Chypre voisine pour se marier civilement et leur union est reconnue dans leur pays. Un projet de loi visant à introduire les unions non-religieuses, y compris homosexuelles, a été rejeté à la Knesset en juillet 2015, comme le souligne The Times of Israel.

En attendant de pouvoir se dire «oui» dans leur propre langue et devant les maires de leur pays, les couples Israéliens ou libanais vont convoler sur l’île d’Aphrodite devenue la destination phare du tourisme nuptial.
 

Video AFP sur le tourisme nuptial à Chypre du 6 décembre 2013