Le point sur...

Europe,  Crise de la dette

Les pays de la zone euro vus par les agences de notation

Par Jean Serjanian avec Afp et Reuters@GeopolisAfrique | Publié le 20/03/2013 à 09H18, mis à jour le 06/06/2013 à 12H35

Bourse Francfort
Bourse de Francfort  © AFP PHOTO / FRANK RUMPENHORST

Sur huit pays européens, seuls quatre dans la zone euro détiennent encore la note optimale «AAA» auprès des trois grandes agences de notation : Allemagne, Luxembourg, Pays-Bas et Finlande, ce dernier étant le seul à bénéficier d’une perspective «stable» par les trois agences.

Parmi les onze Etats dans le monde à détenir cette note, huit se distinguent par une perspective «stable» aussi bien chez Moody's, Fitch que Standard and Poor's (S&P): Finlande, Suède, Norvège, Danemark, Suisse, Australie, Canada et Singapour. Les trois autres, Allemagne, Luxembourg, Pays-Bas, voient leur note assortie d’une perspective «négative» par au moins une des trois agences.

Outre le Royaume-Uni qui a perdu son triple A chez Moody's le 22 février 2013, trois autres pays ont quitté ces deux dernières années ce club des Etats les mieux notés: la France («Aa1» chez Moody's depuis novembre 2012, «AA+» chez S&P depuis janvier 2012 et toujours «AAA» chez Fitch), l'Autriche («AA+» chez S&P depuis janvier 2012, toujours «AAA» chez Fitch et Moody's), les Etats-Unis («AA+» chez S&P depuis l'été 2011, toujours «AAA» chez Fitch et Moody's).
   
Notes accordées par les trois grandes agences de notation aux 17 Etats membres de la zone euro
 
 Standard & Poor’sperspectiveMoody'sperspective  Fitchperspective 
Finlande   AAA        s     Aaa       s  AAA       s
Allemagne   AAA        s   Aaa       n  AAA       s
Luxembourg   AAA        s   Aaa       n  AAA       s
Pays-Bas   AAA        n   Aaa       n  AAA       n
Autriche   AA+        s   Aaa       n  AAA       s
France   AA+        n   Aa1       n  AAA       n
Belgique   AA        n   Aa3       n  AA       s
Estonie   AA-        s   A1       s  A+       s
Slovaquie   A        s   A2       n  A+       s
Slovénie   A-        s   Baa2       n  A-       n
Malte   BBB+        s   A3       s  A+       s
Italie   BBB+        n   Baa2       n  BBB+       n
Irlande   BBB+        s   Ba1       n  BBB+       s
Espagne   BBB-        n   Baa3       n  BBB       n
Portugal   BB        s   Ba3       n  BB+       n
Grèce   B-        s   C       s  CCC       s
Chypre   CCC+        n   Caa3       n   B       n
- perspective «s» = stable ;  perspective «n» = négative
- Les notes de S&P et Fitch situées entre AA et CCC peuvent être complétées par un «+» ou un «-» pour préciser la position relative des titres au sein de la catégorie concernée.
- Les notes de Moody's situées entre Aa et B peuvent être complétées par un chiffre situé entre 1 et 3, le 1 indiquant une obligation notée dans le haut de la catégorie concernée.

Les derniers de la classe de la zone euro
En dessous de «BBB-» ou de «Baa3», les pays sont considérés comme des emprunteurs moins fiables, c'est-à-dire que la dette qu'ils émettent est jugée comme un investissement spéculatif par au moins une des agences de notation. 
C'est le cas en zone euro du Portugal et de Chypre, ainsi que de l'Irlande chez Moody's (elle est par contre notée «BBB+» chez les deux autres).
 
Enfin, la Grèce n'a cessé de voir sa note dégradée par les agences, et se situe à un niveau qui «équivaut à un défaut partiel», selon Fitch («CCC») et Moody's («C»). S&P a en revanche récemment relevé sa note de six crans à «B-» après la restructuration de la dette grecque.
 
Une classification évolutive
Ainsi, l'Italie, plongée dans une impasse politique à la suite des élections législatives de février qui l’ont laissée sans majorité parlementaire, a subi le 8 mars 2013 une première sanction de la part de l'agence de notation Fitch. Celle-ci a dénoncé une combinaison d'incertitude et de récession et dégradé sa note souveraine d'un cran, la passant de «A-» à «BBB+» assortie d'une perspective négative, c'est-à-dire en butte à une éventuelle nouvelle dégradation.
 
Les statistiques du 4e trimestre 2012 confirment que la récession en Italie est l'une des pires d'Europe, souligne Fitch qui table sur une contraction de 1,8% du PIB en 2013, dans la foulée du recul de 2,4% de 2012. Quant à la dette publique, elle devrait atteindre près de 130% du PIB en 2013, estime l'agence, qui rappelle qu'elle tablait sur 125% à la mi-2012. «Un gouvernement faible pourrait être plus lent et moins à même de répondre à des chocs internes ou externes», estime Fitch.
 
A l’inverse, l'agence américaine d'évaluation financière Standard & Poor's a relevé le 7 mars la perspective de la note de solvabilité à long terme du Portugal qui passe de «négative» à «stable», tout en maintenant le pays dans la catégorie des investissements spéculatifs («BB»). Cette décision intervenant deux jours après un accord de principe des ministres des Finances européens sur l'allongement de la durée de prêts accordés au Portugal tout comme à l'Irlande, deux pays sous assistance financière. L'agence de notation a estimé que l'allongement probable des maturités des prêts européens au Portugal permettrait de «réduire les risques qui pèsent sur le refinancement du secteur public».
 
Le Portugal a déjà réalisé «le plus dur» des efforts de redressement budgétaire qu'exigent ses créanciers internationaux en échange de son plan de sauvetage financier, avait déjà estimé une semaine auparavant à Lisbonne un responsable de l'agence de notation Fitch.