Et pendant ce temps...

Yémen,  Somalie,  Ethiopie,  Djibouti

Les réfugiés oubliés du Yémen

Par Eléonore Abou Ez@GeopolisAfrique | Publié le 22/09/2015 à 15H34, mis à jour le 22/09/2015 à 15H34

Une fillette yéménite dans camp réfugiés à Djibouti
Une fillette yéménite dans un camp de réfugiés à Djibouti. © AFP /Anadolu Agency/ Kemal Firik

Un an après la prise de la capitale Sanaa par les rebelles chiites Houthis, la guerre continue de plus belle. Pris entre plusieurs feux, les civils fuient en masse le Yémen. Depuis mars 2015, plus de 100.000 personnes se sont réfugiées dans les pays de la région.

 
Les raids aériens de la coalition arabe et les combats au sol font en moyenne 30 morts et près de 200 blessés par jour. L’ONU a beau dénoncer une «catastrophe humanitaire», la violence perdure et s’intensifie. Plus de 1,4 million de Yéménites sont déplacés dans leurs pays, selon IDMC (Internal Displaced Monitoring Center), alors que des dizaines de milliers de personnes ont demandé l’asile ailleurs.
 
A Djibouti
L’afflux de bateaux en provenance du Yémen est presque quotidien à DjiboutiCe Petit Etat de la Corne de L’Afrique est l’un des rares à accueillir les réfugiés en provenance du Yémen. Au moins 20.000 personnes, dont la moitié sont des migrants africains, ont été prises en charge par le HCR et les organisations sur place. «Ces réfugiés, lorsqu’ils sont venus, pensaient que cette guerre allait durer un mois, un mois et demi, et qu’ils pourraient rentrer chez eux. Mais ce n’est pas fini, ils continuent de venir», avait affirmé en août 2015 le ministre de l’Intérieur Hassan Omar en lançant un appel à l’aide.

Arrivée réfugiés au port Djibouti en avril 2015.
Arrivée de réfugiés au port de Djibouti en avril 2015. © AFP/ Tony Karumba

En Somalie
En quatre mois, la Somalie a vu arriver près de 30.000 personnes venant du Yémen.
La plupart de ces réfugiés sont des Somaliens qui avaient fuient la guerre civile de leur pays dans les années 90. Leur rapatriement forcé à cause du conflit au Yémen complique la tâche du Haut Commissariat aux Réfugiés qui manque de moyens. Une aide supplémentaire est nécessaire pour assurer leur réinstallation. A ce jour, le HCR et ses partenaires n'ont reçu que 5% seulement des financements nécessaires alors que l'exode des ressortissants somaliens n'est pas près de s'arrêter. 250.000 Somaliens ont un statut de réfugiés au Yémen. 
 
Des enfants yéménites dans camp réfugiés à Djibouti en mai 2015
Des enfants yéménites dans un camp de réfugiés à Djibouti en mai 2015. © AFP/ Anadolu Agency/ Wail Shaif Thabit

En Ethiopie
Les Somaliens et les Yéménites qui fuient les violences gagnent également l'Ethiopie.
Les Somaliens déjà enregistrés comme réfugiés au Yémen arrivent aussi dans les régions du nord et de l'est de l'Ethiopie où ils sont pris en charge dans le cadre des projets existants dans les camps sur place.
Les Yéménites rejoignent quant à eux la capitale Addis Abeba et sont enregistrés comme réfugiés urbains. Selon le HCR, les arrivées ont déjà dépassé le nombre de bénéficiaires prévus pour 2015.
 
En Arabie aussi
Oman fait également partie des pays d'accueil et a déjà ouvert ses portes à près de 5000 réfugiés en provenance du Yémen.
40.000 personnes ont été enregistrées en Arabie Saoudite. Un passage en transit vers d'autres pays non signalés par le HCR. Le royaume est partie prenante dans ce conflit. C'est lui qui mène la coalition arabe qui est en guerre contre les insurgés.