Clap

Politique,  Culture,  Libye,  Côte d'Ivoire,  Afrique

Libye: le cri du cœur d’Alpha Blondy contre la vente d’esclaves aux enchères

Par Alain Chemali@GeopolisAfrique | Publié le 17/11/2017 à 15H56, mis à jour le 17/11/2017 à 16H37

Le chanteur reggae ivoirien Alpha Blondy au Fespaco 2017 au Burkina Faso
Le chanteur de reggae ivoirien, Alpha Blondy, lors de la cérémonie d'ouverture du 25e Festival panafricain de cinéma de Ouagadougou (Fespaco), le 25 février 2017, au Burkina Faso. © ISSOUF SANOGO/AFP

La diffusion par la chaine CNN d’images d’une vente d’esclaves aux enchères en Libye a soulevé l’indignation du chanteur de reggae ivoirien Alpha Blondy. Dans une lettre, qu’il lit lui-même sur son compte Facebook, il demande aux dirigeants africains ce qu’ils «attendent pour intervenir» et appelle tous les Africains à faire le siège de toutes les ambassades libyennes dans leurs pays respectifs.


Entre «cri du cœur», comme il le qualifie lui-même, et appel à l’action, le chanteur de reggae ivoirien, Alpha Blondy, hausse le ton à l’égard des dirigeants africains.
 
Révolté par les images de la chaîne américaine CNN, montrant en mondovision des ressortissants africains vendus aux enchères sur des marchés en Libye, il a posté une vidéo, sur son compte Facebook, sur laquelle on le voit lire une lettre adressée aux présidents de l’Union Africaine et de la Cedeao.




«Qu'est-ce que vous attendez pour intervenir? Qu'attendez-vous donc?» 
«Permettez-moi de vous interpeller pour vous dire que nous, peuples Africains qui comptions sur vous pour nous défendre et pour nous protéger, nous sommes surpris et stupéfaits par votre silence devant la situation révoltante, humiliante et inacceptable que vivent vos ressortissants, nos frères, nos sœurs, nos fils et nos filles, vendus comme esclaves en Libye, pays membre de l’Union Africaine», leur dit-il.
 
Abasourdi par l’absence de réaction de ces dirigeants, l’artiste, âgé de 64 ans, n’a fait que suivre les recommandations que lui faisait sa grand-mère dans son enfance. Il faut «parler droit», ne pas mentir, quelles que puissent en être les conséquences, lui disait-elle.
 
«Qu’est-ce que vous attendez pour réagir et intervenir??? Mais qu’est-ce que vous attendez donc?!», lance-t-il par deux fois, comme pour mieux souligner son indignation et s'assurer qu'il sera entendu.
 
Face à l’impression d’une démission de la part de ces pouvoirs publics, il en appelle, d’une voix ferme et assurée, à la société civile, «obligée de prendre ses responsabilités devant l’Histoire».

Alpha Blondy appelle tous les Africains à assiéger toutes les ambassades de Libye 
«Je demande à tous les Africains et à toutes les personnes qui ont été choquées par cet acte qui constitue un crime contre l’humanité d’assiéger toutes les ambassades libyennes dans leur pays respectifs, jusqu’à la libération totale de tous les captifs en territoire Libyen.»
 
Postée le 17 novembre 2017 à 11h, la lettre du rastaman est devenue, quelques heures après, virale, autant sur Facebook que sur Twitter.
 
«Merci à Alpha Blondy pour son message sur la Libye. Nous allons assiéger les ambassades libyennes», écrit celui-ci, «Alpha Blondy appelle à une prise de conscience continantale», commente cet autre, «si les gouvernements ne veulent rien faire pour améliorer l’existence du peuple africain, celui-ci va se prendre en charge tout seul», prévient encore celui-là.

Un autre cri sur les réseaux sociaux, celui du chanteur animateur radio français, Claudy Syar 
Le chanteur ivoirien n’est pas le seul à avoir réagi sur les réseaux sociaux à ces pratiques d’un autre âge. Le chanteur, animateur et fondateur français de Tropiques FM, Claudy Syar, a lui aussi laissé éclater sa tristesse et sa colère.

 
«Au nom des jeunes Africains vendus comme esclaves en Libye, j’accuse la France, l’Union européenne, l’Union africaine et les Nations Unies de complicité de crimes contre l’humanité perpétué par leur allié libyen», écrit-il sur son compte twitter en accompagnement d’un message vidéo. «Le temps de la révolte a sonné, l’époque de la passivité est terminée», a-t-il conclu.