Clap

Maroc,  Afrique,  Afriques

Loubna Abidar, «la prostituée » de Much Loved, violemment agressée à Casablanca

Par Mohamed Berkani@GeopolisAfrique | Publié le 07/11/2015 à 12H59, mis à jour le 07/11/2015 à 15H29

Loubna Abidar
Loubna Abidar, l'actrice menacée de mort. © Much Loved

Loubna Abidar, l’actrice principale du film Much Loved‬ de Nabil Ayouch, affirme dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux qu’elle a été agressée à Casablanca le 5 novembre 2015. L’image de son visage tuméfié a fait le tour du monde.

«Les médecins, les cliniques et les commissariats ont refusé de m’accueillir. Je suis allée au grand commissariat de Casablanca en pleine nuit et on m'a reçue avec des rires. Le policier a dit : «Enfin, Abidar a été frappée !» », témoigne en larmes Loubna Abidar, l’actrice jouant le rôle d’une prostituée dans le dernier film de Nabil Ayouch, «Much Loved». Selon l’actrice, les policiers ont refusé de prendre au sérieux sa plainte. Bien au contraire, ils se seraient moqués d’elle. La police de Casablanca dément catégoriquement avoir rejeté sa plainte.
 
L’actrice qui questionne le Maroc
Dans sa vidéo, dans laquelle on la voit visage ensanglanté et portant des cicatrices, Loubna Abidar s’adresse aux internautes marocains. «Tout cela pour un film que vous n'avez pas vu. Vous en avez vu uniquement ce qu’ils (ses détracteurs, aussi bien les islamistes que les autorités) ont voulu vous montrer. Jugez-moi à partir du vrai film».

Vidéo mise en ligne le 6 novembre 2015

Le film de Nabil Ayouch a créé une grande polémique en mai 2015, depuis sa projection au Festival de Cannes. L’actrice avait reçu des menaces de mort fin mai. Son personnage de prostituée lascive au langage fleuri a déchaîné des torrents de haine, mais aussi un élan de solidarité au Maroc et dans de nombreux pays arabes.  Le film, qui raconte l’histoire de quatre prostituées marocaines à Marrakech a été interdit de sortie au Maroc par le ministère de la Communication pour «outrage grave aux valeurs morales et à la femme marocaine, et une atteinte flagrante à l’image du royaume ».
 
Sortir en burqa
Cette agression physique n’est pas la première concernant l’équipe de Much Loved. En juin dernier, l’acteur incarnant un Saoudien dans le film a été poignardé à Casablanca. Traumatisée, Loubna Abidar confiait qu’il lui est arrivé de sortir en burqa afin de ne pas être reconnue dans la rue. La lauréate du prix de meilleure actrice au Festival d’Angoulême est devenue la cible privilégiée des islamistes.
 
 
Seule la Tunisie, parmi les pays arabes, a pris la décision de diffuser le film. Le long métrage de Nabil Ayouch sur la prostitution au Maroc, interdit de projection dans son pays, est programmé aux 26e Journées cinématographiques de Carthage, qui se tiendront du 21 au 28 novembre.