Clap

Suisse,  Europe

L'unique ours suisse a été abattu par sécurité

Par Jacques Deveaux@GeopolisAfrique | Publié le 22/02/2013 à 09H14

L'ours M 13
L'ours M13 lors de sa capture en 2012 afin de l'équiper d'une balise. © Keystone

L'unique ours présent en Suisse a été abattu le 19 février 2013 dans le canton des Grisons, plus précisément dans le Val Poschiavo. L'animal avait été baptisé du matricule M13. En fait, il venait de la région italienne du parc national d'Adamello Brenta dans le Trentin, où dix ours slovènes ont été introduits entre 1999 et 2002. L'ours, peu farouche, devenait un danger potentiel.


Depuis 2006, huit ours sont entrés en Suisse. Cinq sont morts, victimes d'accident ou abattus, les autres sont retournés en Italie, dans le Trentin où l'on tente d'acclimater une souche slovène. 
L'histoire de ces ours est symptomatique de la difficulté, en Suisse comme en France, de faire cohabiter l'animal avec l'homme. 
M13 a été aperçu la première fois en avril 2012. Il tue une chèvre, dévaste des ruches, et s'approche plusieurs fois des habitations. Il est capturé, muni d'une balise, puis relâché. On va le voir ainsi se balader entre Suisse, Italie et Autriche. Ses deux frères sont tués dans des collisions avec des voitures. Lui est de nouveau capturé afin de changer son collier-émetteur, détruit lors d'une collision avec un train. 
 
A la fin de l'année 2012, l'ours se rapproche de plus en plus des habitations. Il tue une ânesse, puis visite une école où il détruit des ruches, et enfin pénètre dans une résidence secondaire vide. 
L'animal ne craint plus l'homme, les opérations d'effarouchement sont des échecs. M13 est classé «ours à risque», ce qui selon le Plan de gestion des ours signifiait son abattage.
L'histoire bégaye, car en 2008, déjà, un ours venu d'Italie avait été abattu. Lui aussi s'approchait trop près des maisons, et devenait dangereux aux yeux des autorités.
Ours M1302
L'ours M13 photographié en 2012 © Keystone

 

Ce  plan de gestion des ours est vivement critiqué par les défenseurs des animaux. Le WWF parle d'une «mort inutile». «Il aurait fallu continuer et renforcer les mesures d'effarouchement», précise Joanna Schönenberger, la spécialiste des ours. Mais selon elle, la population locale n'accepte pas l'ours car elle n'a pas été formée à sa présence.
En revanche, pour Adèle Thorens, coprésidente des Verts, citée par le quotidien Le Matin, «la mort de M13 ne remet pas en cause le concept du retour des grands prédateurs en Suisse». Ce n'est pas l'avis du président de la commune de Poschiavo où a été abattu l'ours. «Soulagé», il regrette qu'on ne puisse pas capturer les animaux pour les déplacer là où ils ne posent pas problème.