Le point sur...

Madagascar,  Afrique,  Afriques

Madagascar, «terre fertile» pour l’islam radical

Par Martin Mateso@GeopolisAfrique | Publié le 27/09/2016 à 14H36, mis à jour le 27/09/2016 à 14H36

Couverture journal «La Gazette Grande λ
© Capture d'écran de la couverture du journal «La Gazette de la Grande Île»

La presse malgache tire la sonnette d’alarme. Elle dénonce le péril islamiste qui guetterait Madagascar, la Grande Ile de l’océan Indien, à la suite de l’arrivée massive d’imams étrangers dans le pays où fleurissent les écoles coraniques. Géopolis a recueilli le témoignage de Luc Raoeliariseheno, directeur de publication du Groupe MATV.


Le ministère de l’intérieur a frappé fort, annonçait La Gazette de Madagascar le 20 Septembre 2016. Selon ce journal, une dizaine d’imams étrangers qui officiaient dans le sud-est du pays ont fait l’objet d’une mesure d’expulsion.
 
«Il s’agit de ressortissants pakistanais qui se sont terrés dans les mosquées et écoles coraniques de Vohipeno et Manakara. Barbus, vêtus de longues tuniques et coiffés de la calotte blanche, ils étaient en infraction avec nos lois», écrit le journal malgache qui précise que les imams en question ne disposaient pas de visas dits «du missionnaire», accordés généralement aux religieux.
 
Des rumeurs insistantes ont circulé récemment dans la Grande Ile sur une demande déposée auprès des autorités malgaches par un «Etat islamique non identifié», pour la construction de plusieurs milliers de mosquées dans le pays.
 
Un tel projet est inconcevable dans un pays majoritairement catholique, assure le directeur du Groupe malgache MATV, Luc Raoeliariseheno. Mais il estime que la montée en puissance du radicalisme dans le pays pourrait porter atteinte à la cohabitation pacifique entre chrétiens et musulmans.
 
«Avec l’ouverture de l’espace aérien de Madagascar, on a vu arriver des compagnies aériennes qui viennent de Dubaï et de la Turquie. Ça facilite la circulation de ces gens-là. Ils peuvent venir comme bon leur semble», raconte le directeur de Madagascar Télévision à Géopolis.
 

Luc Raoel

Luc Raoeliariseheno, directeur de publicaqtion du groupe MATV ( Madagascar Télévision) © Photo/MATV


Les quartiers pauvres à la merci des écoles coraniques
Selon la presse malgache, les imams étrangers qui débarquent dans le pays font du porte-à-porte dans les quartiers pauvres à la recherche de nouvelles recrues à convertir.
 
«Ils font tout pour créer des écoles coraniques. Ils prennent en charge ceux qui les fréquentent pour apprendre le coran. Tout est pris en charge. Même l’hébergement et la restauration sont garantis. Ce qui est une aubaine pour les Malgaches dont la plupart sont pauvres. Dans ces conditions, les gens acceptent tout ce que vous pouvez leur inculquer», témoigne Luc Raoeliariseheno.

Pour lui, la pauvreté qui frappe la majorité des Malgaches a fait de leur pays un champ fertile pour les imams et les prédicateurs de toutes sortes qui cherchent à les embrigader. «Et leur message passe d’autant plus que les gens ont plutôt une culture orale. C’est seulement de bouche à oreille que tout se transmet. C’est pour cela que c’est facile de recevoir les messages coraniques de l’Islam», fait remarquer Luc Raoeliariseheno.  
 
Et ils ne reculent devant rien pour arriver à leurs fins, explique-t-il à Géopolis. C’est ainsi que très récemment, ils ont organisé dans le sud du pays, une opération d’achats de bibles pour pouvoir les détruire ensuite.
 
«Une bible était reprise moyennant 100 euros. Les livres de chants évangéliques pour 25 euros. Des groupes de musulmans parmi lesquels de nombreux étrangers ont sillonné la région. Toutes les bibles et autres livres de chants religieux récupérés ont été ensuite brûlés. Ce genre d’agissements ont été signalés aussi dans la région centre-est du pays, à Tamatave notamment.»
 
«La dynamique de réislamisation prend une ampleur sociétale»
Selon un rapport publié par l’Institut français des relations internationales, quelque 160.000 malgaches ont été convertis à l’Islam pour la seule année 2013.
 
L’auteur du rapport estime que si ce chiffre est sans doute excessif parce qu’il intègre des individus ayant proclamé leur conversion dans l’unique but de bénéficier des donations d’associations religieuses, «il témoigne toutefois de la dynamique de réislamisation à Madagascar, en cours depuis le début des années 1990, et qui prend aujourd’hui une ampleur sociétale».
 
A la veille du sommet de la francophonie qui va se tenir à Madagascar, les autorités malgaches seraient sur le qui-vive.
 
«Un ressortissant étranger de confession musulmane a été expulsé du pays parce que, d’après les services de renseignement de notre pays, il aurait un lien avec des islamistes radicaux du Moyen-Orient», a appris le directeur du groupe Madagascar Télévision.
 
Récemment, les Etats-Unis ont offert des vedettes rapides pour la protection du littoral pour sécuriser les frontières maritimes du pays. Ce n’est pas par hasard que ce genre d’aide est consentie, observe-t-il.