Clap

Malawi,  Afrique,  Afriques

Malawi : produire de l’énergie en cuisinant sainement

Par Laurent Filippi@GeopolisAfrique | Publié le 03/03/2016 à 10H02, mis à jour le 03/03/2016 à 12H11

Malawi
© BBC

Le Malawi est un pays d’Afrique australe dont la moitié des habitants vit sous le seuil de pauvreté. Plus de 85% des habitants se trouvent dans des zones rurales et à peine 1% de la population a accès au réseau électrique. Selon les prévisions, seul un cinquième de la population bénéficiera d’un réseau électrique en 2025. Une ONG veut remédier avec les moyens du bord à cette situation.

Pour chauffer leurs maisons, cuisiner ou s’éclairer, trois milliards de personnes dans le monde brûlent des combustibles solides (bois, déchets végétaux, charbon de bois, fumier, déjections animales) dans des feux ouverts et utilisent à l’intérieur de leurs maisons des poêles traditionnels qui souvent fuient. Rien que la cuisson à feu ouvert tue plus de personnes que le VIH, la tuberculose et le paludisme réunis. Selon l’Organisation mondiale de la santé, plus de quatre millions de personnes en meurent prématurément.
 
En plus de la dangerosité, ces procédés sont peu efficaces car la grande majorité de l’énergie produite est perdue et réclame des ressources humaines importantes pour récolter les combustibles. Au Malawi, les femmes passent beaucoup de temps à essayer de trouver du carburant, ce qui les empêche de se consacrer, par exemple, à l'éducation des enfants.
 
L’environnement n’est pas épargné et la déforestation est l’un des problèmes majeurs du pays. Huit millions de tonnes de bois par an ne sont pas remplacées. 90% du pays est déboisé et perd 2.000 km² chaque année.
 
Fourneau fermé
Depuis des décennies, les ONG et autres agences de développement tentent de convaincre des millions de personnes dans le monde d’utiliser un petit fourneau fermé plutôt qu’un foyer à l’air libre. Une méthode de production peu coûteuse et plus efficace de 30% à 40% pour la cuisson des aliments que les traditionnels feux ouverts.
 
En 2011, des ingénieurs irlandais dirigés par le professeur Tony Robinson ont travaillé avec les communautés rurales du Malawi. Ils ont conçu un générateur pour produire de l'électricité à partir de l’énergie thermique dégagée par des cuisinières en argile fabriquées par les habitants eux-mêmes. Un fourneau familial peut produire 10 Wh (watt par heure) par jour.
 
Selon Le Monde, des «ingénieurs irlandais ont développé un petit boîtier, le µPower Cookstove, ‘’de la taille d’un biscuit carré avec deux fils électriques qui dépassent’’, explique Anthony Robinson, chef du projet. Les fils se fixent au foyer en argile et le boîtier, appelé générateur thermoélectrique (TEG), transforme la chaleur du feu en électricité au moyen d'une puce.»
 
Pendant la cuisson des aliments, le TEG rempli d’eau est connecté à la cuisinière. La chaleur dégagée par l’eau pendant cette opération produit l’électricité. Un câble est alors connecté au générateur pour distribuer l’énergie nécessaire et recharger les appareils électroniques.
 
«L’ensemble, fourneau et boîtier TEG, est conçu pour pouvoir être produit avec des matériaux disponibles localement, à l’exception de la puce chinoise qu’on peut trouver pour sur le marché de Lilongwe, la capitale», relate le journal.
 
Pour convaincre les Malawites
Le but à moyen terme est de créer une technologie propre hybride, thermique et productrice d'électricité. Le tout sera fabriqué localement et vendu à faible coût créant ainsi des emplois et des revenus.
 
Le quotidien explique que «pour l’instant, 25 fourneaux équipés du boîtier TEG ont été distribués pour tester leur efficacité, et 75 sont en vente environ 25 dollars pièce.» Et Anthony Robinson d’y ajouter : «C’est cher mais compétitif par rapport à l’énergie solaire.»
 
Prochaine étape : la production de 1.000 générateurs et la couverture en énergie de la région de Thyollo, la plus pauvre du Malawi.
 
Une campagne de financement participatif a été lancée sur la plateforme Indiegogo le 11 février 2016.
 
Pour convaincre les Malawites, les ingénieurs ont trouvé un argument imparable : en plus de pouvoir recharger les radios et les lampes électriques, ce dispositif peut aussi recharger… les téléphones portables.