Mali: «Koungo Fitini», les enfants des rues de Bamako

Par Laurent Filippi | Publié le 13/03/2018 à 17H28

Le photographe Arnold Grojean a effectué trois voyages au Mali entre 2013 et 2015. En collaboration avec Sinjiya-ton Mali, une association qui aide les enfants des rues de Bamako à se réinsérer, il a monté un projet d’ateliers photographiques. Au final, à travers 9 livrets (photos, dessins, textes) et un lexique sur la culture malienne, des enfants de 11 à 16 ans témoignent de leur quotidien.

L’association française Pour Que l’Esprit Vive et le site Sophot.com présentent l’exposition Koungo Fitini (Problèmes mineurs) à la galerie FAIT&CAUSE à Paris, du 14 mars au 28 avril 2018.
 

  • Arnold Grojean raconte
    01 /06
    Arnold Grojean raconte:

    «Lors de mon premier voyage (…), certains enfants avaient intégré les maisons d’accueil de l’association, d’autres étaient en voie d’intégration. Les filles, elles, vivaient en dehors du centre. Un éducateur de l’association, Moussa Coulibaly, assurait l’approche psychologique des enfants ainsi que la traduction des témoignages en bambara. Il était également l’intermédiaire entre les enfants et moi. Des appareils photo furent remis aux 10 enfants. Ils se rendaient alors au centre pour assister à quelques cours techniques de photographie argentique (visite d’un labo, compréhension de la lumière, notions de point de vue, regard, etc.) et à quelques ateliers de dessin.» © Arnold Grojean

  • Près gare routière.
    02 /06
    Près de la gare routière.

    Cet endroit est un lieu où les enfants viennent fumer un joint, prendre de la colle ou encore des comprimés, et se détendre.  © Kalilou

  • «Lors mon deuxième voyage
    03 /06
    «Lors de mon deuxième voyage,

    j’ai poursuivi le projet avec trois des enfants qui avaient quitté l’association pour retourner dans la rue et Rokia, une des jeunes filles. Ayant perdu leur trace, je suis parti à leur recherche à travers les rues de Bamako. Après les avoir retrouvés, les ateliers et les entretiens se sont déroulés sur leur lieu de vie.» © Arnold Grojean

  • Un enfant raconte
    04 /06
    Un enfant raconte:

    «Parfois, il y a des hommes avec des voitures qui viennent dans les villages. Ils disent qu’ils peuvent emmener des enfants avec eux pour la ville et leur trouver du travail une fois là-bas. Les parents des enfants qui croient ces messieurs laissent ainsi partir leurs enfants avec ces gens. Une fois partis, les enfants ne revoient jamais leur village ni leurs parents. Les hommes vont amener les enfants en ville avec eux et vont les exploiter comme ils le désirent. C’est ce qui m’est arrivé́.» © Kalilou

  • «Au cours mon troisième voyage
    05 /06
    «Au cours de mon troisième voyage,

    j’ai réalisé des portraits d’enfants la nuit avec la complicité de trois des enfants avec lesquels j’avais déjà̀ travaillé durant mes deux précédents voyages. Ils m’ont beaucoup aidé, aussi bien pour les prises de vue que pour les rencontres avec d’autres enfants. Ce travail correspond au dernier livret. Pour réaliser ces livrets, j’ai moi-même effectué la sélection des images et des témoignages. J’espère avoir été fidèle aux intentions des enfants.» © Arnold Grojean

  • Arnold Grojean
    06 /06
    Arnold Grojean

    est né à Bruxelles en 1988. Il a voyagé en Inde et en Afrique dès son plus jeune âge. Elève au  «75», Ecole supérieure des Arts de l’image, il a pu durant ses années d’études se rendre en Afrique plusieurs fois. Il y a réalisé plusieurs travaux: Baye Fall, Pays Dogon, Murmures et Koungo Fitini (problèmes mineurs), son travail de fin d'études. Ce dernier projet a reçu le prix Roger De Conynck en 2015 et le prix Médiatine en 2017. © André