Retour sur...

Gabon,  Afrique

Manu Dibango : «On a le rythme en Afrique, mais on n'a pas le tempo»

Par Martin Mateso@GeopolisAfrique | Publié le 08/05/2015 à 16H51, mis à jour le 08/05/2015 à 17H23

Manu Dibango
Le musicien et saxophoniste camerounais Manu Dibango à Paris le 22 Juin 2014 © Photo/AFP

«On a le rythme en Afrique, mais on n’a pas le tempo». La métaphore musicale est signée Manu Dibango. Le saxophoniste camerounais a suivi les péripéties du Ciciba, un grand palais dédié aux civilisations bantoues à Libreville. Le projet très coûteux a finalement été rangé aux oubliettes. Manu Dibango explique à Géopolis, pourquoi cette initiative était vouée à l’échec dès le départ.

«On va plus vite que la musique». Ainsi parle Manu Dibango pour expliquer le fiasco d’un projet mort-né. Un projet démesuré, initié il y a 30 ans par l’ancien président gabonais Omar Bongo et qui est retourné dans les cartons après avoir englouti 15 millions d’euros. les sources de financement se sont progressivement taries.

Bienvenue au CICIBA, le Centre international des civilisations bantoues de Libreville.

Les ruines Ciciba

Les ruines du Centre international des civilisations bantoues à Libreville  © DR/Capture d'écran FTV

 
Deux imposantes défenses d’éléphants coulées en béton se dressent  à l’entrée d’un immense palais à l’abandon. Quelques familles démunies squattent les lieux. Partout, des herbes folles ont envahi les ruines de ce vaste chantier censé devenir «le carrefour culturel» pour les 150 millions de bantous au Sud de l’Equateur : du Nigéria au Cap de Bonne-Espérance.
 
Face à ce grand gâchis, Manu Dibango n’y va pas par quatre chemins. «On va plus vite que la musique», s’indigne le musicien et saxophoniste camerounais qui est resté attaché à ses racines africaines.
 
Interview réalisée le 30 Avril 2015 à Paris par Martin Mateso et Daniel Levy

Faciliter d'abord la libre circulation
Manu Dibango sait de quoi il parle. Lui qui passe son temps à voyager sur le continent africain. Il faut d’abord régler les problèmes de passeport, insiste-t-il: «En Afrique de l’Ouest, tu peux aller de Dakar à Abidjan sans problème de visa. Tu peux aller au Niger ou à Ouagadougou. En Afrique centrale, on a réglé le problème sur le papier, mais la réalité est différente. Voilà des problèmes qu’il faut régler avant de parler de culture».
 
Manu Dibango note que même les artistes africains qui s’intéressent à la culture ont été ignorés dans ce «noble projet» dont il a appris l'existence en lisant le journal.
 
Interview réalisée le 30 Avril 2015 à Paris par Martin Mateso et Daniel Levy

Les cultures d’Afrique sont-elles vouées à disparaître ?
Non, répond Manu Dibango qui refuse de verser dans le pessimisme. Il n'est pas de ceux qui reprochent à la société africaine de fabriquer des déracinés et des aliénés de toutes sortes. Une génération tournée vers une culture pseudo-occidentale. Pour l’instant, il n’y a que le football qui réunit les gens, constate Manu Dibango: «Quand il n’y a pas de foot, chacun a son ethnie. C’est des mosaïques en Afrique. Il faut d'abord qu’on se décolonise mentalement. La culture arrivera ensuite. Elle va arriver forcément » 

Manu Dibango en est certain: l'avenir du continent appartient à la jeune génération. A ces jeunes ingénieurs africains entrés dans l'ère du numérique. Des jeunes qui ne sont plus seulement consommateurs, mais aussi créateurs. Ils choisiront dans la mondialisation le meilleur pour leur continent.