Mogadiscio, une ville en vie

Par Laurent Filippi | Publié le 23/10/2013 à 16H08, mis à jour le 25/10/2013 à 17H41

​Après 22 années de guerre civile et plusieurs années d’occupation par des groupes islamistes radicaux, la capitale somalienne Mogadiscio a repris vie. La diaspora somalienne est revenue ouvrant hôtels, restaurants et boutiques. Et des sociétés turques reconstruisent les routes et les immeubles.

Pourtant, le danger est encore là. Le 22 octobre 2013, Mohamed Mohamud Timacade, un journaliste somalien, a été grièvement blessé par balles dans la ville. Même si la possibilité d’un règlement de comptes n’est pas écartée, l’hypothèse d’un attentat perpétré par les shebabs est plus probable. En 2013, ils ont revendiqué plusieurs attentats à Mogadiscio.
 
Il y deux ans, la ville était sous leur contrôle, mais les18.000 hommes de la force de l'Union africaine en Somalie, sous mandat onusien, ont réussi à les repousser des principales grandes villes du pays. Ces islamistes continuent toutefois de contrôler certaines zones dans les campagnes, où ils accentuent les attaques-suicide.
 
En représailles à l'intervention militaire kényane menée contre eux au sud de la Somalie depuis fin 2011, les shebabs ont fait récemment parlé d’eux en attaquant le centre commercial Westgate au Kenya.
 
Le Kenya avec l'Ouganda et le Burundi font partie de la Force de l'Union africaine en Somalie, déployée depuis 2007 pour combattre les groupuscules islamistes.
 
Les photographes Feisal Omar et Omar Faruk, basés à Mogadiscio rendent compte de  la vie quotidienne dans la capitale somalienne, de septembre à octobre 2013. Ils apportent la preuve que la vie y a repris ses droits.

  • Les rues s’animent. Les immeubles continuent pousser comme champignons.
    01 /39
    Les rues s’animent. Les immeubles continuent de pousser comme des champignons.

    © REUTERS/Feisal Omar

  • Si bâtiments sont entièrement reconstruits il reste encore beaucoup à faire
    02 /39
    Si des bâtiments sont entièrement reconstruits, il reste encore beaucoup à faire

    © REUTERS/Feisal Omar

  • Des nouveaux chantiers ouvrent régulièrement.
    03 /39
    Des nouveaux chantiers ouvrent régulièrement.

    © REUTERS/Feisal Omar

  • Campement fortune dans quartier Bondhere.
    04 /39
    Campement de fortune dans le quartier de Bondhere.

    On estime à 369.000 le nombre de personnes déplacées vivant à Mogadiscio, à cause de la famine de 2011 ou des conflits. Le gouvernement, qui veut assainir la capitale, détruit ces logements de fortunes. © REUTERS/Omar Faruk

  • Le port a repris ses activités.
    05 /39
    Le port a repris ses activités.

    Des chameaux embarquent vers les pays du Moyen-Orient. © REUTERS/Feisal Omar

  • Départ pêche devant bâtiments abîmés par bombardements.
    06 /39
    Départ de pêche devant des bâtiments abîmés par des bombardements.

    © REUTERS/Feisal Omar

  • Les camions reprennent leurs livraisons.
    07 /39
    Les camions reprennent leurs livraisons.

    © REUTERS/Feisal Omar

  • Les klaxons retentissent pour se frayer chemin dans embouteillages.
    08 /39
    Les klaxons retentissent pour se frayer un chemin dans les embouteillages.

    © REUTERS/Feisal Omar

  • Sur marché Bakara affaires refleurissent…
    09 /39
    Sur le marché de Bakara, les affaires refleurissent…

    © REUTER S / Feisal Omar

  • … bureaux change ont rouverts.
    10 /39
    … et les bureaux de change ont rouverts.

    © REUTERS/Omar Faruk

  • Le 7 septembre 2013
    11 /39
    Le 7 septembre 2013,

    malgré un attentat-suicide meurtrier dans le quartier Hamar Weyn, les vendeurs de rue y réinvestissent les trottoirs. © REUTERS / Feisal Omar

  • Mise en place mannequins dans supermarché flambant neuf.
    12 /39
    Mise en place de mannequins dans un supermarché flambant neuf.

    © REUTERS/Feisal Omar

  • Dans quartier d'Hodan ancien bastion shebabs
    13 /39
    Dans le quartier d'Hodan, ancien bastion des shebabs,

    les étalages regorgent de denrées de toutes sortes. © REUTERS / Feisal Omar

  • Les commandes vêtements sur mesure affluent chez tailleur.
    14 /39
    Les commandes de vêtements sur mesure affluent chez le tailleur.

    © REUTERS/Feisal Omar

  • Les femmes trouvent bijoux produits beauté…
    15 /39
    Les femmes trouvent bijoux et produits de beauté…

    © REUTERS/Feisal Omar

  • … hommes retournent chez barbier.
    16 /39
    … et les hommes retournent chez le barbier.

    En 2010, les insurgés islamistes du Hezb al-Islam avaient obligé les hommes à porter  la barbe. © REUTERS/Omar Faruk

  • Les clients reviennent dans restaurants…
    17 /39
    Les clients reviennent dans les restaurants…

    © REUTERS/Feisal Omar

  • … fréquentent cafés.
    18 /39
    … et fréquentent les cafés.

    © REUTERS/Omar Faruk

  • Les églises sont presque toutes en ruines.
    19 /39
    Les églises sont presque toutes en ruines.

    Il y n’y a pratiquement plus de chrétiens en Somalie. © REUTERS/Feisal Omar

  • Dans mosquée discours imams ne prêchent plus islam intégriste.
    20 /39
    Dans une mosquée, les discours des imams ne prêchent plus un islam intégriste.

    © REUTERS/Feisal Omar

  • Les enfants reviennent école.
    21 /39
    Les enfants reviennent de l'école.

    Quand les shebabs étaient présents, le djihad était enseigné en classe. © REUTERS/Feisal Omar

  • Aujourd’hui c’est soufisme qui est enseigné aux petits garçons…
    22 /39
    Aujourd’hui, c’est le soufisme qui est enseigné aux petits garçons…

    © REUTERS/Feisal Omar

  • … aux petites filles.
    23 /39
    … et aux petites filles.

    © REUTERS/Feisal Omar

  • En mars 2013
    24 /39
    En mars 2013,

    un attentat à la voiture piégée avait eu lieu devant un restaurant sur la plage du Lido . Aujourd’hui, les gens s’y rendent pendant leur temps libre. © REUTERS/Omar Faruk

  • Si certains y font châteaux sable…
    25 /39
    Si certains y font des châteaux de sable…

    © REUTERS/Omar Faruk

  • … d’autres préfèrent s’enlacer.
    26 /39
    … d’autres préfèrent s’enlacer.

    Il y a deux ans, les islamistes les auraient fouettés, car il était interdit que deux personnes de sexe opposé marchent ensemble. © REUTERS/Feisal Omar

  • On peut à nouveau lire livres autres que Coran.
    27 /39
    On peut à nouveau lire des livres autres que le Coran.

    © REUTERS/Feisal Omar

  • Le sport lui aussi interdit par shebabs remplit stades.
    28 /39
    Le sport, lui aussi interdit par les shebabs, remplit les stades.

    © REUTERS/Omar Faruk

  • Les cerfs volants reprennent leur envol car jeux ne sont plus prohibés.
    29 /39
    Les cerfs volants reprennent leur envol, car les jeux ne sont plus prohibés.

    © REUTERS/Feisal Omar

  • Les enfants apprennent à faire vélo…
    30 /39
    Les enfants apprennent à faire du vélo…

    © REUTERS/Feisal Omar

  • … ou se rafraîchissent à piscine.
    31 /39
    … ou se rafraîchissent à la piscine.

        © REUTERS/Feisal Omar

  • Autre terrain jeu
    32 /39
    Autre terrain de jeu,

    la place de l’ancien parlement où une camionnette a été abandonnée. © REUTERS/Feisal Omar

  • Nouvelle année à l'université Plasma.
    33 /39
    Nouvelle année à l'université Plasma.

    © REUTERS/Omar Faruk

  • L’informatique y est étudiée.
    34 /39
    L’informatique y est étudiée.

    © REUTERS/Omar Faruk

  • Après cours étudiants se retrouvent dans web cafés.
    35 /39
    Après les cours, les étudiants se retrouvent dans des web cafés.

    © REUTERS/Omar Faruk

  • Des enfants victimes choléra sont soignés à l'hôpital Banadir.
    36 /39
    Des enfants victimes du choléra sont soignés à l'hôpital de Banadir.

    © REUTERS/Omar Faruk

  • Pour ceux qui sont en bonne santé visite contrô est pratiquée.
    37 /39
    Pour ceux qui sont en bonne santé, une visite de contrôle est pratiquée.

    © REUTERS/Omar Faruk

  • Les pharmacies ont rouvert leurs portes.
    38 /39
    Les pharmacies ont rouvert leurs portes.

        © REUTERS/Feisal Omar

  • Contrô sécurité à tombée nuit.
    39 /39
    Contrôle de sécurité à la tombée de la nuit.

    La police passe au peigne fin les véhicules, preuve que la loi et l’ordre sont revenus dans la ville. © REUTERS/Feisal Omar